GUILLEMIN-COSSON Jean-Baptiste,Jules, dit GUILLEMIN-COSSON.

Par Didier Bigorgne

Né et mort à Château-Regnault (Ardennes) : 8 mars 1851-28 janvier 1907 ; ouvrier métallurgiste, puis gérant d’une société coopérative ; syndicaliste, coopérateur et militant socialiste (FTSF, puis POSR) ; secrétaire de l’Union des coopératives ardennaises (1898-1905) ; maire de Château-Regnault (1900-1905) ; conseiller d’arrondissement (1904-1907).

Fils d’un ferronnier et d’une mère au foyer, Jules Guillemin était l’aîné de deux garçons. Il exerçait aussi le métier de ferronnier quand il épousa Célina Cosson dans son village natal.

Ouvrier à la Grosse Boutique de Château-Regnault-Bogny, Jules Guillemin-Cosson mena la grève d’avril 1885 dirigée contre le patron-maire Maré qui refusait à trois cent cinquante de ses ouvriers le droit d’adhérer à la chambre syndicale de la métallurgie de Château-Regnault-Bogny. En signe de protestation, il démissionna de son mandat de conseiller municipal, avec les deux autres élus ouvriers, Jacquet-Thomé et Varlet-Magonet. Le 31 mai suivant, salle du Chalet à Charleville, il fut l’un des délégués de son syndicat qui participa à la fondation de la Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes.

Aux élections législatives du 4 octobre 1885, Jules Guillemin-Cosson fut candidat sur la liste présentée par la FTSF (la première liste socialiste dans l’histoire du département), conduite par l’ancien maire du Creusot, Jean-Baptiste Dumay. Il recueillit 2136 voix (pour une moyenne de liste de 2272 voix), sur 87751 inscrits et 72763 votants ; il obtint 170 voix sur 400 suffrages exprimés à Château-Regnault.

Membre du cercle d’études sociales Le Réveil de Château-Regnault qui avait suivi la Fédération des Travailleurs socialistes au POSR après la scission de la FTSF au congrès de Châtellerault (9-15 octobre 1890), Jules Guillemin-Cosson joua un rôle politique important. Elu conseiller municipal de Château-Regnault à une large majorité sur la liste POSR, avec huit de ses colistiers, lors de l’élection complémentaire du 6 septembre 1891, il fut réélu en 1892 et 1896. Aux élections municipales de mai 1900, il conduisit la liste socialiste à la victoire et devint maire de Château-Regnault. Il occupa cette fonction jusqu’en 1905, date de sa démission pour raison de santé. Le 31 juillet 1904, il avait été élu conseiller d’arrondissement, pour le canton de Monthermé, en l’emportant avec 2027 voix sur 4777 inscrits et 3604 votants.

Jules Guillemin-Cosson mena une grande activité dans le mouvement coopératif. En 1882, il fonda à Château-Regnault la société coopérative de consommation Aux Quatre Fils Aymon dont il devint le gérant en 1904. Après avoir participé en 1893 à la naissance de l’Union des sociétés coopératives ouvrières des Ardennes disparu trois ans plus tard, il créa l’Union des coopératives ardennaises en 1898, avec Alcide Gouverneur* de Deville, Louis Pernelle* de Charleville et Florent Willemet* de Monthermé. L’année suivante, celle-ci se transforma en un véritable Magasin de Gros au capital de trente mille francs et s’arma d’un bulletin mensuel Le Consommateur. Elu secrétaire de l’Union des coopératives ardennaises, Jules Guillemin-Cosson exerça cette fonction jusqu’en 1905.

Jules Guillemin-Cosson vit naître le Parti socialise SFIO et lui donna son adhésion. Un an et demi plus tard, la mort mit fin à son mandat de conseiller d’arrondissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article81294, notice GUILLEMIN-COSSON Jean-Baptiste,Jules, dit GUILLEMIN-COSSON. par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 1er février 2016, dernière modification le 2 février 2016.

Par Didier Bigorgne

ŒUVRE : Origine du socialisme dans les Ardennes, s. d. (vers 1900).

Sources : A.N. F12/4656. Grèves et coalitions (1880-1889).— Arch. Fédération des Travailleurs socialistes des Ardennes (médiathèque de Charleville-Mézières).— Le Prolétariat, 17 mars au 27 juillet 1885.— L’Emancipateur, 1891 à 1895.— Le Socialiste Ardennais, 1895 à 1905.— Jean Gaumont, La coopération dans les Ardennes, L’Action coopérative, 16 juillet 1921.— Etat civil de Bogny-sur-Meuse (commune de Château-Regnault).

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément