MAUSSA (MAUSSANG Georges, Ernest, dit). Pseudonyme MOMUS

Par Justinien Raymond

Né le 24 juin 1867 à Vincennes (Val-de-Marne), mort le 8 janvier 1919 à Paris (XIVe arr.) ; métreur en peinture ; militant socialiste guesdiste ; conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine (Seine, Val-de-Marne) de 1896 à 1900 ; auteur de chansons engagées.

Maussa était métreur en peinture et militant du POF à Paris avant de l’être dans la SFIO. En 1895 il entra au Conseil national du POF qu’il quitta en mars 1898 à l’occasion de la scission survenue à Calais et dans laquelle il soutenait Salembier.

Maussa fut délégué aux congrès nationaux du POF de 1893, 1894, 1895, 1896, 1897, 1899, 1900 et 1901, aux congrès généraux de Paris, salle Japy, au titre de la Gironde sous son vrai nom de Maussang (1899), salle Wagram (1900) au titre de la Seine. Au congrès d’unité de Paris, salle du Globe (avril 1905), Maussa figurait dans la délégation du Nord, et dans celle du Rhône au congrès de la SFIO à Paris (1910).

Aux élections municipales de 1904 il recueillit 294 voix sur 2 648 inscrits comme candidat du PS de F. dans le XIVe arrondissement de Paris (quartier de la Santé). Il fut avait été conseiller municipal d’Ivry-sur-Seine de 1896 à 1900.
Conférencier, il fut membre du comité de rédaction du Cri du Peuple collaborateur au journal Socialiste, à l’Annuaire de la chanson et à la Lutte des classes (sous le pseudonyme de Momus.

Georges Maussang, dit Maussa, est l’auteur de nombreuses chansons engagées. Il écrit en juillet 1907 "La grève en Brie" première grève des ouvriers agricole de la Brie, plateau de Brie à cheval sur le Val-de-Marne et la Seine-et-Marne :
"L’éveil des forçats de la terre
Est tout plein de promesse".

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article83248, notice MAUSSA (MAUSSANG Georges, Ernest, dit). Pseudonyme MOMUS par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 29 septembre 2021.

Par Justinien Raymond

OEUVRE : Avant-propos d’un livre d’Étienne Pedron Chansons socialistes, 1906.]

SOURCES : Comptes rendus des congrès. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, p. 179. — Cl. Willard, Les Guesdistes, op. cit., p. 634. — Robert Brécy, Florilège de la Chanson révolutionnaire de 1789 au Front populaire, Éditions Hier et demain, 1978. p. 177. — Notes de Jean-Louis Prud’homme.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément