MICHEL Louis, dit Le Cordonnier

Par Maurice Moissonnier

Né à Hières-sur-Amby (Isère) le 22 mars 1851 ; marié, père d’un enfant ; cafetier et cordonnier à façon ; militant anarchiste lyonnais.
Dès 1875, Michel participa à la vie politique lyonnaise, d’abord dans les rangs du comité central républicain, puis dans ceux de l’Alliance socialiste, enfin, après 1880, parmi les anarchistes.
En 1885 il acheta, 25, chemin de la Corne-de-Cerf, à Villeurbanne, le café-restaurant des Lilas qui devint un centre de réunions anarchistes fréquenté par les principaux libertaires lyonnais.
Le 25 août 1887, il fut déclaré en faillite et il sembla s’éloigner des anarchistes, ce qui ne l’empêcha pas, le 30 mars 1892, d’avoir à se soumettre à un mandat de perquisition. Si l’on en croit une lettre qu’il envoya au commissaire spécial le 23 juillet 1894, Michel avait cessé toute activité politique et ne quittait Lyon que pour aller visiter ses propriétés d’Ampuis et de Condrieu (Rhône). Il fut assez convaincant pour obtenir, un mois après l’assassinat à Lyon du président Carnot, sa radiation des listes d’anarchistes en surveillance.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article83438, notice MICHEL Louis, dit Le Cordonnier par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 12 avril 2020.

Par Maurice Moissonnier

SOURCE : Arch. Dép. Rhône, 4 M 18.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément