ROUSSINEAU Élie, Gilbert, Ambroise

Né le 23 octobre 1910 à Villiers-sur-Loir (Loir-et-Cher), mort le 21 juillet 1989 à Château-Renault (Indre-et-Loire) ; cultivateur puis cheminot, homme d’équipe ; facteur mixte pendant la guerre ; militant et élu socialiste ; résistant.

Élie Roussineau, fils d’un vigneron, fut adopté par la Nation le 24 juin 1920. Cultivateur avant d’entrer au chemin de fer, il fit son service militaire en 1931-1932 au 3e Régiment de Zouaves à Constantine (Algérie).
Il entra au chemin de fer en 1937 à Chartres comme homme d’équipe à l’essai. Commissionné comme homme d’équipe en 1938. Mobilisé le 26 août 1939, il fut démobilisé le 14 juillet 1940, puis travailla comme facteur mixte à Nizel-Aulnay à partir de 1942, puis comme facteur à Vendôme-Sud-Ouest à sa demande en 1943. Il rejoignit les Forces françaises de l’intérieur (FFI) du 6 août 1944 au 16 août 1944. Réintégré à Paris-Austerlitz en 1947, il accéda au grade de commis stagiaire à Juvisy en 1953, puis retourna à Paris-Austerlitz, où il termina sa carrière comme commis de 2e classe en 1965.
Après sa retraite, Élie Roussineau travailla pendant cinq ans aux Fabriques réunies de lampes électriques à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), puis à partir d’octobre 1970 comme employé au Ministère de l’Education nationale.
Il adhéra au Parti socialiste SFIO en 1930 ou 1933. Candidat aux législatives de 1951, 1956 et 1958 dans la Seine, il fut candidat à la commission exécutive fédérale en 1949, 1953-1955, 1957, 1958, et fut élu en 1961. En 1957, il était secrétaire adjoint de la section de Vitry.
Selon Benjamin Riviale, Élie Roussineau aurait siégé à la Commission exécutive fédérale de la Seine. D’après les notes de Marceau Pivert, il s’y serait prononcé en faveur de la CED en 1954, au nom de ses craintes vis à vis de l’"impérialisme de l’URSS".
Membre de la Commission nationale ouvrière en 1957, il devint secrétaire général adjoint des Groupes socialistes d’entreprises (GSE) cheminot. Il fut également membre de la commission gestion de l’entreprise des Journées nationales d’études des 7 au 10 mai 1959.
Est-ce le même Élie Roussineau qui était membre de la section de Vendôme en décembre 1944 ?.
Marié en mai 1937 à Vendôme (Loir-et-Cher) avec Simone Maubert, divorcé en juillet 1947, remarié en mars 1952 à Paris (XIIIe arr.) avec Suzette Chauvin, il divorça une nouvelle fois en mai 1971. Il fut père de trois enfants nés en 1943, 1954 (décédé la même année) et 1955.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8355, notice ROUSSINEAU Élie, Gilbert, Ambroise, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 14 mai 2019.

SOURCES : Archives de Paris, 10451/73/1, art. 318. — Arch. SNCF de Béziers. — Correspondance Loir-et-Cher et Seine, archives de l’OURS. — Bulletin intérieur, n° 111. — Le Combat social, juin 1957. — Fond Marceau Pivert, Arch. nat. 559AP/14. — Notes de Gilles Morin et de Benjamin Riviale. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément