ROUXEL Pierre, Philippe

Né le 4 juillet 1834 à Tinténiac (Ille-et-Vilaine) ; employé au chemin de fer à Rennes ; révoqué ; gréviste en 1870 ; adhérent de l’AIT ? ; capitaine sous la Commune de Paris.

Menuisier en voitures ; employé au chemin de fer à Rennes (Ille-et-Vilaine), Pierre Rouxel fut expulsé des ateliers de la gare pour « très probable » affiliation à l’Internationale, en même temps que Guérin et Platener. Cette mesure fut prise contre eux à l’occasion d’une grève qu’ils tentèrent d’organiser en 1870. On dut convenir par la suite que cette grève devait être considérée comme sans rapports « avec le 18 mars ».
Rouxel quitta Rennes avant l’insurrection parisienne et vint à Paris où il entra à la compagnie de Lyon. Il habitait, 41, rue des Envierges (XXe arr.) ; célibataire, il vivait en concubinage avec une femme étrangère, mariée, mère de plusieurs enfants et qui avait abandonné sa famille. Ancien militaire, il avait été libéré avec un certificat de bonne conduite. C’était un « ouvrier habile, mais peu laborieux ».
Pendant le 1er Siège, il était lieutenant à la 2e compagnie de marche du 234e bataillon de la Garde nationale. Le 11 mars 1871 il avait été l’objet d’un ordre de mise en jugement pour insubordination, et, le lendemain, il avait été élu capitaine de sa compagnie, fonctions qu’il continua d’exercer sous la Commune de Paris. Il passa quelques jours au fort d’Issy et aux Moulineaux. On lui reprocha une tentative d’arrestation illégale. Tombé malade fin avril, il abandonna son bataillon et sortit de Paris au début de mai. On l’arrêta le 26 mai à Rennes (Ille-et-Vilaine) ; ce même jour il avait demandé un passeport pour l’Autriche.
Il fut condamné, le 14 décembre 1871, par le 6e conseil de guerre, à deux ans de prison.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8370, notice ROUXEL Pierre, Philippe, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 29 juin 2020.

SOURCES : Arch. Nat., BB 24/760. Arch. Nat., C 2885, rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine, 27 juillet 1871 et Enquête parlementaire sur l’insurrection du 18 mars 1871, p. 122-163. — déclaration du premier président de Rennes, 10 août 1871, et rapport du chef de la XVIe légion, 19 juillet 1871.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément