ROYÈRE Roland [ROYÈRE Jean, Roland]

Par Jean-Jacques Doré

Né le 7 juin 1900 à Périgueux (Dordogne), mort au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le 25 juillet 1938 ; employé à l’exploitation des chemins de fer de l’État ; secrétaire du syndicat unitaire (CGTU) des Cheminots du Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) en 1926 ; communiste.

Fils d’un négociant et d’une tailleuse, Roland Royère était monteur à la Compagnie des Chemins de fer du Paris-Orléans lorsqu’il fut incorporé dans le génie le 16 mars 1920. Il servit dans l’armée du Levant du 30 octobre1920 au 30 octobre 1921. Rendu à la vie civile le 16 décembre suivant, il rejoignit aussitôt le "PO" à la gare d’Hauvière (Haute-Vienne).

Affecté au dépôt du Havre des chemins de fer de l’État en 1923, membre du Parti communiste et de l’ARAC, il fut candidat aux élections municipales du Havre en 1925.

Élu secrétaire du syndicat unitaire des Cheminots du Havre le 5 mars 1926, il était assisté de Jean Roul (secrétaire adjoint), Adrien Peuble (trésorier) et Leroux (trésorier adjoint). Il fut porté la même année à la tête du cartel havrais des fonctionnaires et agents des services publics.

Qualifié par le chef de dépôt de la gare de "chef de bande dangereux", il fut traduit devant le conseil de discipline le 27 août 1926 et déplacé à Vire (Calvados) pour avoir organisé un arrêt de travail d’une heure. Cette sanction suscita bien des remous dans les milieux communistes et syndicalistes qui donnèrent lieu à plusieurs meetings de protestation avec la participation des secrétaires fédéraux Midol et Rambaud.

À Vire, à l’origine d’un nouvel arrêt de travail, il fut alors révoqué définitivement et revint habiter au Havre où il se maria le 14 avril 1929 avec Lucienne Bance. Il cessa de militer, affaibli par "un état mental confusionnel".

Royère habitait au Havre 23 rue Rémicourt.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8391, notice ROYÈRE Roland [ROYÈRE Jean, Roland] par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 10 août 2020, dernière modification le 24 novembre 2021.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Dép. Seine-Maritime, Sûreté générale rapports mensuels des commissaires spéciaux, Réunions de fonctionnaires 1920-1934, 10 MP 1410 Syndicats dissous avant 1936. — Arch. Dép. Dordogne État civil, Registre matricule militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément