ORLIANGE (ou ORLIANGES)

Par Justinien Raymond

Militant socialiste de la Corrèze, Orliange (ou Orlianges) représenta sa fédération au congrès national de Nancy (1907) où il demanda que les 6 000 francs d’augmentations alloués aux députés soient versés intégralement au Parti par les élus socialistes. Il n’estimait pas leurs charges supérieures à celles d’un père de douze enfants comme lui. Il travaillait alors à Argenteuil (Seine-et-Oise, Val-d’Oise). Il était entré dans le mouvement socialiste bien avant qu’il s’éveillât en Corrèze. Au congrès socialiste de Paris, salle Wagram (1900), il avait représenté le Comité d’action socialiste lyonnais des originaires de la Corrèze. À la veille de la guerre de 1914, il était conseiller municipal de Saint-Méry (Seine-et-Marne).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article83959, notice ORLIANGE (ou ORLIANGES) par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 19 avril 2017.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Comptes rendus des congrès de Paris et de Nancy. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., p. 223.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément