PARCHARD Paul

Né à Saint-Clément-des-Levées (Maine-et-Loire), en octobre 1882 ; instituteur ; syndicaliste.

De milieu modeste — le père était artisan sabotier — Parchard fut élève de l’EPS d’Angers, avant d’entrer en 1898 à l’École normale d’instituteurs de cette ville. Il y fit la connaissance de Louis Bouet et devint son ami. Par la suite, il participa activement, aux côtés de Bouet et de Sausseau, à la vie du syndicat « l’Émancipation de Maine-et-Loire », créé en 1904. Il assuma des fonctions responsables, notamment comme membre du Conseil d’administration de la section. En 1912, lorsque le gouvernement donna aux syndicats l’ordre de se dissoudre sans délai, il fut au nombre des seize militants angevins qui signèrent « le Manifeste des instituteurs syndicalistes », lequel opposait un refus catégorique de céder aux injonctions du pouvoir. Parchard fut « réprimandé ».
Cette même année, au lendemain du congrès tenu à Chambéry du 15 au 17 août, le tribunal correctionnel d’Angers le condamna avec tout le conseil syndical dont il faisait alors partie — à une amende de 50 f, pour avoir solidairement avec ses camarades refusé de procéder dans les délais impartis par la circulaire ministérielle du 23 août 1912 à la reconversion du syndicat en un groupement régi par la loi de 1901 sur les associations.
Parchard était partisan de la coéducation.
Après la Première Guerre mondiale, tout en restant membre du syndicat, il s’éloigna de l’action militante.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84048, notice PARCHARD Paul , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Arch. Dép. Maine-et-Loire, série M. — Arch. du syndicat des instituteurs de Maine-et-Loire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément