PEILLON

Par Yves Lequin

Ouvrier mineur ; syndicaliste et coopérateur de la Loire.

Peillon militait au syndicat des mineurs de Rive-de-Gier lorsque celui-ci obtint, en septembre 1886, la rétrocession d’une douzaine de concessions abandonnées par la Société des Houillères de Rive-de-Gier ; ses dirigeants avaient l’intention d’en faire, avec le soutien du député Francis Laur et l’appui financier d’une riche bienfaitrice de l’Ariège, Mme Arnaud, une Mine aux Mineurs. En 1888, le syndicat fut sommé de se constituer en société civile : Peillon, qui était à la tête de l’exploitation, prit contact avec les ouvriers employés à plein temps et, avec eux, créa la Société civile des mineurs du Gier ; il écartait ainsi les militants qui avaient contribué, de leurs deniers souvent, au démarrage de la Mine aux Mineurs et mit le syndicat devant le fait accompli. La société groupait 71 membres et se ferma à toute nouvelle adhésion ; dans les années suivantes, le nombre de participants se réduisit encore : 57 en 1891, 45 en 1894, et les clauses d’exclusion avaient été multipliées. Frustré, le syndicat obtint deux nouvelles concessions et fonda la Société civile anonyme du syndicat des mineurs du Gier. Peillon présida quelques années encore aux destinées, peu heureuses, de l’organisation qu’il avait créée, puis fut remplacé par Antoine Cognet.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84172, notice PEILLON par Yves Lequin, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Yves Lequin

SOURCES : Arch. Dép. Loire, 93 M 120. — L.-J. Gras, Histoire économique générale des mines de la Loire, Saint-Étienne, 1922, t. II, pp. 559 à 561.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément