PIGAULT René, Georges, Albert

Par Jean-Jacques Doré

Né le 19 août 1884 à Aunay-sur-Odon (Calvados), mort à Montlignon (Val-d’Oise) le 23 janvier 1971 ; typographe puis graveur-lithographe ; responsable syndical de la CGT à Caen (Calvados) puis à Rouen (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) ; militant socialiste.

Fils d’un jardinier, René Pigault effectua son apprentissage de typographe puis de graveur-lithographe à Versailles (Seine, Yvelines) avant de rejoindre sa région natale en 1904.

Il appartint au bureau de la fédération socialiste de Basse-Normandie de son congrès de Flers, 14 octobre 1905, jusqu’en 1907, date à laquelle elle devint la fédération de Calvados et Orne par détachement des deux autres départements de la Sarthe et de la Manche. Pigault vint habiter Caen, 131 rue Saint Pierre, en avril 1907. Cette année-là, il fut élu secrétaire du syndicat des ouvriers lithographes de Caen fondé en juillet — Voir François Ed. — et, de 1908 à 1912, fut secrétaire de la Bourse du Travail. En mars 1909 fut constituée l’union des syndicats ouvriers du Calvados et Pigault en devint cette même année un des secrétaires avec Roger et Verger, Langevin et Mirey exerçant les fonctions de trésorier. En 1911, il était toujours secrétaire du syndicat des lithographes et de l’union des syndicats. Il était également gérant de L’Union syndicale, organe mensuel de l’union des syndicats ouvriers du Calvados, fondé en janvier. L’année suivante, il fut candidat sur une liste socialiste aux élections municipales. Il avait été délégué au congrès national du Parti socialiste SFIO à Saint-Étienne (1909) ; il le fut encore à Lyon en 1912.

Embauché par une imprimerie de Malaunay dans la banlieue Ouest de l’agglomération rouennaise, il s’y installa le 6 janvier 1913 à l’hôtel de la poste. Très vite, il prit contact avec Henri Déhais le secrétaire de la 22e section du Livre (Rouen) et avec son appui, fonda le syndicat des Lithographes de Rouen dont il fut élu secrétaire en avril 1913.

Du 30 août au 2 septembre 1881 s’était tenu à Paris, salle de la Redoute, le congrès constitutif de la Fédération française des travailleurs du Livre ; il y fut décidé que les syndicats adhérents se transformeraient en sections fédérales, Rouen devenant ainsi la 22e section du Livre. Au congrès fédéral de 1910, fut votée la fusion avec les Fédérations des lithographes et celles des papetiers. Ainsi s’expliquait l’action de René Pigault.

Précédé de sa carte de visite de responsable syndical et politique du Calvados, l’homme en imposait, bon orateur, excellent organisateur, de par ses qualifications il appartenait à "l’aristocratie" de la classe ouvrière et ne tarda pas à se faire connaitre comme l’un des principaux animateurs de la CGT en Seine-Inférieure. Délégué au congrès constitutif de l’Union départementale tenu au Havre (Seine-Inférieure, Seine-Maritime) le dimanche 19 octobre 1913, il pesa de tout son poids sur la rédaction des statuts et l’intégration des syndicats isolés. Au 2e congrès de l’UD réuni à Rouen le 22 mars 1914, il évoqua ses inquiétudes sur la situation internationale sans toutefois dévoiler ses positions.

Mobilisé le 4 août 1914, blessé en 1915, il fut démobilisé le 22 mars 1919 et se maria le 29 avril à Argenteuil (Val-d’Oise) avec Emma Aubry et ils s’installèrent à Paris 34 rue de la Folie Méricourt..

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84403, notice PIGAULT René, Georges, Albert par Jean-Jacques Doré, version mise en ligne le 15 novembre 2020, dernière modification le 15 novembre 2020.

Par Jean-Jacques Doré

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 567 et 13 600. — Arch. Dép. Calvados, 16 M 118, État civil, Registre matricule militaire. — Arch. Dép. Seine-Maritime 10 MP 1406 Syndicats 1911-1917. — Comptes rendus des congrès socialistes. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes II, p. 41. — L’Humanité, 12 mars 1909. — Vérités, passim. — Jérôme Letournel, Socialisme et socialistes dans le Calvados des origines à la fin du XXe siècle (1864-1998, Université de Caen, 2013. — Le Fil rouge hors série sur le congrès de création de l’Union départementale de Seine-Inférieure. — Cent ans d’action syndicale, brochure de la 22e section du Livre CGT.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément