PLATEL Jean-Baptiste

Né le 23 mars 1873 à Valdampierre (Oise), mort le 18 février 1911 à Méru (Oise) ; syndicaliste CGT.

Jean-Baptiste Platel fut l’un des fondateurs du syndicat du bouton de nacre d’Andeville. Il quitta ce métier pour raison de santé et se fit mercier ambulant. Il anima cependant en 1907 la grève de Lormaison, puis fut élu secrétaire de l’Union des tabletiers de l’Oise. L’année suivante, il redevint boutonnier à Andeville. En 1909, éclata la grande grève de Méru à laquelle il donna toutes ses forces. Après la répression sanglante, le 18 avril 1909, au cours du meeting auquel participèrent les orateurs de la CGT Violette, Delpech et de Marmande, il dit au commandant de gendarmerie « Si vous avez été décoré, c’est pour avoir assassiné vos semblables. Je serai envoyé à la Guyane, mais je m’en moque. Vous êtes une brute ; vous n’hésiteriez pas à assassiner des femmes et des enfants. Vous pouvez rapporter çà à votre c... de préfet. »
Il fut d’abord condamné par défaut, par le tribunal de Beauvais, à six mois de prison. Il se constitua prisonnier et sa peine fut réduite à quatre mois. Il fit en réalité trois mois de prison. Libéré et nerveusement malade, il travailla péniblement. Accablé par les critiques de quelques camarades, il se suicida d’un coup de revolver, laissant une veuve et un enfant. Il eut d’imposantes obsèques et, le jour même eut lieu un grand meeting avec Marck, trésorier de la CGT, Monatte, Génie (de Montataire), Simonnet, postier révoqué, etc. La grève des boutonniers de Méru eut en effet un énorme retentissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84481, notice PLATEL Jean-Baptiste , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 29 septembre 2018.

SOURCES : Vie ouvrière, 20 novembre, 5 et 20 décembre 1909, 5 janvier 1910. — Journal de Méru, 26 février 1911. — République de l’Oise, 21 février 1911. — R. de Marmande, dans Syndicats, décembre 1937 à janvier 1938. — Notes de J.-L. Audue, 22 mai 1976.

ICONOGRAPHIE : Journal de Méru, 26 février 1911.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément