POMMIER Paul

Il habitait Tours (Indre-et-Loire). Secrétaire de la chambre syndicale des ouvriers serruriers, Pommier s’établit par la suite à son compte. Il assista comme délégué au VIe congrès national des chambres syndicales, groupes corporatifs, fédérations de métiers, unions et Bourses du Travail tenu à Nantes en septembre 1894. Il y représentait divers syndicats d’Indre-et-Loire et, avec Coignard, la Bourse du Travail de Tours. Il participa également au VIIIe congrès — 2e de la CGT — Tours, septembre 1896 (il fut secrétaire de la commission d’organisation du congrès) et au XIe, Paris, septembre 1900.
Il fut délégué au IIIe congrès de la Fédération des Bourses du Travail, Lyon, 25-27 juin 1894 ; il représenta la Bourse du Travail de Tours au IVe congrès tenu à Nîmes du 9 au 12 juin 1895 ; celles de Saint-Nazaire et de Tours au Ve congrès, Tours, 9-12 septembre 1896 ; les Bourses de Bourges et de Tours au VIe congrès, Toulouse, 15-18 septembre 1897, et au VIIIe congrès, Paris, 5-8 septembre 1900.
En 1896, et peut-être antérieurement et ultérieurement, Pommier était secrétaire de la Bourse du Travail de Tours (cf. Arch. Nat. F7/13 604). Il était à cette époque un des animateurs du chantier de la Chevalerie du Travail française — Voir Codet Ad. — chantier fondé en octobre 1895.
Voir Fleury, Coignard et Chasles.
Sur le plan politique, Pommier, de tendance blanquiste, implanta le PSR à Tours où il était le rival de tendance du possibiliste Ludovic Plais. Il appartenait au groupe « La Sentinelle ». Au premier congrès général des organisations socialistes françaises à Paris, salle Japy, en 1899, Pommier représenta trois groupes de Tours du PSR et la première circonscription électorale où, d’ailleurs, il n’avait pas été candidat. En 1904, il fut élu conseiller municipal de Tours.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article84528, notice POMMIER Paul, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Compte rendu du congrès. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes II, op. cit., pp. 215-216. — M. Dommanget, La Chevalerie du Travail française, 1893-1911, Lausanne, 1967, pp. 377-378.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément