SARAMITO Francis

Par Pierre Vincent

Né le 14 juin 1925 à Saint-Dié (Vosges) ; cadre supérieur ; conseiller sur les questions juridiques pour la CGT depuis 1946 ; rédacteur en chef de Droit ouvrier depuis 1978 ; militant parmi les cadres à la Fédération CGT des cheminots depuis 1950.

Fils unique d’une famille de fonctionnaires du côté paternel, son grand-père étant instituteur puis commissaire de police, son père administrateur civil au ministère des Finances (vérificateur des contributions indirectes selon l’acte de naissance), du côté maternel, Francis Saramito est issu d’un milieu rural et de petits commerçants. La famille est originaire des Alpes-Maritimes pour le côté paternel et de la Gironde pour le côté maternel. Bachelier de l’enseignement secondaire en 1941, diplômé de l’École libre des sciences politiques en 1945, Francis Saramito obtint ensuite un diplôme d’études supérieures du droit public en 1946 et un diplôme d’études supérieures d’économie politique en 1947. Parallèlement à cette période de fin d’études, il fut, de 1946 à 1948, conseiller juridique de la Fédération CGT des travailleurs du bâtiment et du bois.
Il intégra la SNCF le 4 octobre 1948 comme contrôleur au Service du contentieux, qui deviendra par la suite sa Direction juridique, et y effectuera toute sa carrière professionnelle. Il partit en retraite comme ingénieur en chef, adjoint au directeur juridique. Malgré ses fonctions à la SNCF, il ne cessa de militer sous des formes diverses au sein de la CGT. Chez les cheminots dans les Services centraux, puis fin 1950 au syndicat national des cadres aux côtés de Roger Combrisson, il fut un des acteurs qui transformèrent la structure en Union fédérale des cadres (UFC) puis en Union fédérale des cadres et maîtrise (UFCM). Membre du bureau national, il fut également un temps au conseil national de l’Union centrale des ingénieurs, cadres et techniciens (UGICT-CGT). De 1976 à 1983 il fit partie de la commission exécutive de la Fédération CGT. Il eut également en charge l’activité du Groupement national des cadres supérieurs.
En plus de cette activité militante au sein de la Fédération, il apporta ses connaissances au plan confédéral. Il devint ainsi secrétaire et rédacteur de Droit ouvrier de 1948 à 1978, prenant ensuite la responsabilité de rédacteur en chef. Il fut également collaborateur du service juridique confédéral, devenu secteur « Liberté Droits Action juridique ». De 1970 à 1987, il fut le représentant de la CGT au conseil d’université de Paris I.
Sur le plan politique, Francis Saramito s’engagea très tôt et sous l’occupation allemande, adhérant en novembre 1943 aux Étudiants communistes. Il devint membre du PCF en octobre 1945, d’abord dans le XIIIe puis dans le IXe arrondissement. Il s’occupa de façon ponctuelle des responsabilités aux organismes de direction locaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8498, notice SARAMITO Francis par Pierre Vincent, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 18 février 2012.

Par Pierre Vincent

SOURCES : Arch. Fédération CGT des cheminots. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — Notes de Jean-Pierre Bonnet. — Renseignements communiqués par Francis Saramito.— Etat civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément