RIMBAULT Marceau

Né vers 1889, frère de Louis Rimbault Marceau fréquenta, à Paris, les milieux anarchistes individualistes des Causeries populaires de la rue du Chevalier-de-la-Barre, dans le XVIIIe arr., fondées en octobre 1902 par Libertad, ainsi que le groupe anarchiste du XVe arr. Il aurait également constitué un groupe, celui des « Précurseurs », à Livry-Gargan (Seine-et-Oise) vers 1908, lorsqu’il vint habiter chez son frère. Quoi qu’il en soit, il fut élu, en avril 1908, secrétaire de la fédération anarchiste de la Seine, fédération qui, à cette époque, ne dut guère avoir qu’une existence nominale.
Survinrent les sanglantes bagarres entre ouvriers carriers de Seine-et-Oise en grève et gendarmes, à Draveil-Vigneux, le 2 juin, suivies, le 30 juillet, par la fusillade de Villeneuve-Saint-Georges. Marceau Rimbault participa activement à l’action, fut arrêté à Villeneuve et condamné à quinze jours de prison. Libéré, il se prodigua dans les réunions, accusant les dirigeants de la CGT de ne pas assumer leurs responsabilités. Mais on apprit que, durant sa détention à Corbeil, il avait envoyé un télégramme à Guichard, chef de la brigade chargée de la surveillance des anarchistes, télégramme ainsi libellé : « Je suis arrêté, venez me défendre ». Le texte de ce « bleu » fut communiqué aux dirigeants de la CGT qui purent ainsi en démasquer l’auteur.
Peu après, devançant l’appel, Rimbault contractait un engagement dans un régiment de zouaves et était envoyé en Algérie.
Voir Métivier qui, au cours des mêmes événements, agit pour le compte du ministère de l’Intérieur tandis que Marceau Rimbault était au service de la Préfecture de Police.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article85003, notice RIMBAULT Marceau , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : R. de Marmande, L’Intrigue florentine, 2e édit., Paris, 1922. — J. Julliard, Clemenceau briseur de grèves, Paris, 1965.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément