ROUX Léon

Par Alain Dalançon

Né le 31 mars 1863 à Saint-Sornin (Charente-Inférieure, Charente-Maritime), mort le 5 décembre 1947 à Léognan (Gironde) ; ouvrier typographe ; militant socialiste et syndicaliste de la CGT, secrétaire de la Bourse du travail de Rochefort (1900-1910).

Léon Roux à la tribune de la Bourse du Travail de Rochefort
Léon Roux à la tribune de la Bourse du Travail de Rochefort
Vers 1910, Arch. mun. Rochefort

Fils de Jean Roux, charpentier, et de Rosalie Verger, lingère, Léon Roux était ouvrier typographe à l’imprimerie Thèze qui publiait notamment le bi-hebdomadaire de Rochefort-sur-Mer, Les Tablettes des Deux Charentes, journal conservateur de tendance royaliste. Il était cependant, avec Moreau, un des principaux militants socialistes du « Comité républicain socialiste » de Rochefort qui devint en décembre 1894 « Parti des travailleurs socialistes des villes et des campagnes » adhérent du Parti ouvrier français.

Léon Roux était également un actif militant syndical. Il fut secrétaire de la Bourse du travail de Rochefort installée par la municipalité radical-socialiste dans l’ancienne église Notre-Dame dite de la « Vieille Paroisse », de sa création en 1900 à juillet 1910. En 1907, administraient la Bourse avec lui : Rémy Boguenet et Dubois, secrétaires adjoints ; Bagard, trésorier.

Il représenta les Bourses du Travail de Cognac, La Rochelle, Rochefort et Saintes au Xe congrès de la Fédération nationale des Bourses du Travail tenu à Alger du 15 au 18 septembre 1902. Il intervint dans le débat sur les syndiqués et les soldats qui n’étaient admis dans les fêtes corporatives à Rochefort qu’en tenue civile, ce qui était aussi un moyen de propagande ; il se prononça résolument pour le maintien de l’autonomie des bourses et déposa une motion pour que les inspecteurs du travail aient toute latitude pour opérer des visites de nuit.

Cette même année, il assista au XIIIe congrès national corporatif — 7e de la CGT — tenu à Montpellier du 22 au 27 septembre, comme représentant des Bourses du Travail des mêmes villes. Il assista également au XIVe congrès tenu à Bourges, en septembre 1904, et au XVe congrès, à Amiens, en octobre 1906. À ces deux congrès, il représentait divers syndicats de Rochefort.

Léon Roux fut un des fondateurs de la coopérative ouvrière (épicerie, boulangerie, vins) La Prolétarienne installée dans le faubourg de Rochefort, en bas de l’avenue de la Rochelle (actuelle avenue Diéras).

Célibataire, il habitait alors avec sa mère, veuve, dans le centre-ville, 40, rue Martrou.

Il intervint à la réunion de la SFIO à Rochefort le 14 novembre 1918 pour appeler à renforcer le syndicalisme et le mouvement coopératif après en avoir fait l’apologie. Le congrès de l’Union départementale CGT qui se tint en 1928 à La Rochelle, en présence de Léon Jouhaux, fut l’occasion d’une manifestation de sympathie envers ce vétéran. En 1934, bien qu’à la retraite, il était toujours secrétaire du syndicat des typographes de la CGT comptant 27 adhérents, et habitait Fouras (Charente-inférieure), rue des Halles. Il s’était marié dans cette ville, tardivement, le 8 avril 1933, avec Émilie Bernalin.

Longtemps conseiller ouvrier aux prud’hommes, et président du conseil de Rochefort durant 42 ans, il fut désigné président d’honneur en août 1936, et reçut la médaille et le diplôme d’honneur.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article85306, notice ROUX Léon par Alain Dalançon, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 14 octobre 2022.

Par Alain Dalançon

Léon Roux à la tribune de la Bourse du Travail de Rochefort
Léon Roux à la tribune de la Bourse du Travail de Rochefort
Vers 1910, Arch. mun. Rochefort
portrait années 1920
portrait années 1920
Coll. UL-CGT Rochefort

SOURCES : Arch. Nat. F7/13 567 et F7/13 600. — Compte-rendus des congrès cités. — Arch. Départ. Charente-Maritime, 4M2/35, 5M1/35, 4M6/19. — Arch. mun. Rochefort (recensements). — Arch. UL-CGT de Rochefort dont partie versée à la médiathèque de Rochefort. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes in Encyclopédie socialiste, t. 2, p.190-191. — DBMOF. — État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément