SAVARY Raymond

Par Nicolas Simonpoli

Né le 10 avril 1938 à Petite-Forêt (Nord) ; cheminot, ajusteur-électricien au Matériel ; syndicaliste CGT, secrétaire général du syndicat CGT des Cheminots d’Hellemmes (1965-1973), secrétaire général du secteur CGT de Lille (1973-1985), membre de la commission exécutive de la Fédération CGT des Cheminots (1976-1986), membre de la commission exécutive de l’UD-CGT du Nord ; militant communiste.

Raymond Savary était le fils de Dominique Savary, métallurgiste, et de Virginie Bétrémieux, mère au foyer. Installée dans le nord de la France, la famille comptait cinq enfants. Raymond Savary fut très tôt initié aux principes de l’engagement syndical et politique. Son père, militant de la CGT et du Parti communiste, était conseiller municipal dans la commune de Petite-Forêt (Nord).

Raymond Savary effectua ses études primaires à l’école communale de Petite-Forêt (Nord). Il entra ensuite au centre de formation SNCF des ateliers d’Hellemmes (Nord) pour y effectuer, pendant trois ans, son apprentissage. En 1955, il y obtint un CAP d’ajusteur. L’année suivante, il fut embauché comme ajusteur-électricien aux ateliers d’Hellemmes. Il y demeura jusqu’en 1958, année de son départ pour le service militaire. En pleine guerre d’Algérie, il effectua seize mois de service en Allemagne, dans la commune de Reutlingen, puis un an en Algérie. En septembre 1960, il revint du service national et réintégra les ateliers d’Hellemmes (Nord). Il travailla alors au service de l’entretien se consacrant notamment à la réparation des boites et des bielles ou encore au câblage des blocs d’appareillage. Ayant commencé sa carrière comme ouvrier professionnel, il devint ensuite technicien d’entretien. En avril 1993, il prit sa retraite.

Raymond Savary adhéra à la CGT en mai 1958. En 1965, il devint secrétaire du syndicat CGT des Cheminots d’Hellemmes (Nord). En 1973, il prit la direction du secteur CGT des Cheminots de Lille (Nord), responsabilité qu’il occupa jusqu’en 1985. Pascal Lenglet lui succéda à cette fonction. En tant que secrétaire général de secteur, il siégea au Conseil national et à la commission exécutive, à compter de 1976, de la Fédération CGT des Cheminots. Il demeura membre de la CE fédérale jusqu’en 1986. En parallèle de son investissement dans la corporation cheminote, Raymond Savary milita aussi dans le syndicalisme interprofessionnel. Il fut membre de l’UL-CGT de Lille et de la CE de l’UD-CGT du Nord. Arrivé à l’âge de la retraite, il continua de militer au sein de la section CGT des cheminots retraités d’Hellemmes (Nord).

À côté de son engagement syndical, Raymond Savary fut également un militant politique et associatif. En août 1964, il adhéra au Parti communiste français. En mars 1971, il fut candidat du PCF à Villeneuve-d’Ascq (Nord), mais ne fut pas élu. Il fut invité permanent du Comité fédéral du PCF du Nord jusqu’en 1994. Il s’investit également dans l’activité du Secours populaire dans la région lilloise, ainsi que dans la création de la Mutuelle des cheminots du Nord.

En 1961, il se maria avec Monique Ricq, mère au foyer. Le couple eut deux enfants.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8532, notice SAVARY Raymond par Nicolas Simonpoli, version mise en ligne le 15 mai 2023, dernière modification le 15 mai 2023.

Par Nicolas Simonpoli

SOURCES : Arch. PPo., SNCF S26. — Arch. IHS-CGT des Cheminots. — Comptes rendus des congrès fédéraux. — La Tribune des cheminots, n°41, 1973. — Notes de Jean-Pierre Bonnet et de Pierre Vincent.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable