SIMON [Doubs]

Ouvrier horloger ; syndicaliste du Doubs.

Lors de sa création le 24 septembre 1891, Simon, graveur guillocher [en horlogerie] figura parmi les 17 fondateurs de la Fédération ouvrière de Besançon (FOB) au sein de laquelle il assumait la fonction de trésorier. Voir Léon Roussel.

Lors des élections municipales en mai 1892 à Besançon, Simon, ouvrier graveur [de montres], figura sur la liste des candidats présentés le Groupe Républicain socialiste (Parti ouvrier).

Un L. Simon figura, en février 1910, était l’un des responsables du syndicat CGT des décorateurs de la boite de montre de Besançon. S’agit-il du même militant ?

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article85639, notice SIMON [Doubs], version mise en ligne le 1er juin 2018, dernière modification le 1er juin 2018.

SOURCES : Le Socialiste bisontin, organe hebdomadaire du Groupe Républicain socialiste (Parti ouvrier), avril 1892 (BNF Gallica). — Le Doubs socialiste, organe hebdomadaire de la Fédération socialiste du Doubs (SFIO), 20 février 1910 (Bibliothèque municipale de Besançon). — Jean Charles in Besançon ouvrier, Aux origines du mouvement syndical, 1862-1914, Presses universitaires de Franche-Comté, Besançon, 2010. — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément