SCHNEIDER Gaston

Par Pierre Schill

Né le 12 mai 1892 à Montigny-lès-Metz (Lorraine annexée), mort le 21 mars 1964 à Metz (Moselle) ; ouvrier aux ateliers de Montigny-lès-Metz ; secrétaire adjoint du syndicat des cheminots confédérés, puis vice-président du syndicat réunifié des cheminots confédérés de Montigny-lès-Metz.

En avril 1921, Gaston Schneider était considéré par la police de Metz comme un des membres les plus influents du mouvement ouvrier mosellan. La police le considérait alors comme proche des communistes. Il était ouvrier aux ateliers de Montigny-lès-Metz de la Société des chemins de fer d’Alsace-Lorraine.
Depuis janvier 1927 au moins, il était secrétaire adjoint du syndicat des cheminots confédérés de Montigny-lès-Metz qui comptait environ 440 membres. Il occupa cette fonction jusqu’à la réunification de la CGT.
À la fin du mois d’avril 1934, Gaston Schneider anima plusieurs réunions publiques contre les décrets-lois du gouvernement violemment critiqués par la CGT.
Après la réunification de la Fédération CGT des cheminots en novembre 1935, il occupait la fonction de vice-président du syndicat réunifié des cheminots confédérés de Montigny-lès-Metz qui comptait un peu plus de neuf cents membres. Le syndicat était présidé par l’ex-unitaire Frédéric Knecht.
Marié le 21 juillet 1949 à Metz avec Maria Haillant, il se remaria le 12 décembre 1957 à Metz avec Anne-Marie Weibel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8576, notice SCHNEIDER Gaston par Pierre Schill, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 21 février 2012.

Par Pierre Schill

SOURCES : Arch. Dép. Moselle, 301 M 77 ; 310 M 95 et 116 ; 24 Z 15 et 16. — État civil de la commune de Montigny-lès-Metz.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément