TARDIF Louise

Couturière à Marseille, déléguée de la chambre syndicale des ouvrières de Marseille (qu’elle avait contribué à créer) au comité d’organisation puis à la troisième session du congrès ouvrier socialiste de France qui se tint à Marseille du 20 au 31 octobre 1879. Elle intervint à la séance du 22 octobre pour demander que les femmes reçoivent une instruction égale à celle des hommes afin de pouvoir conquérir les mêmes droits. Opposée aux collectivistes, elle signa, à la suite de Dauthier et avec Louise Meunier, une motion de protestation contre des incidents du congrès et, par lettre adressée au Radical de Marseille, elle se joignit aux 21 protestataires contre la propriété collective.
Cela ne l’empêcha pas d’être nommée trésorière et gérante appointée de la chambre syndicale dont sa rivalité avec J. Martin entraînera la dissolution.
Elle sera après Marie Graves, qui la reconstitua le 11 avril 1880, présidente de la nouvelle chambre syndicale.
Voir Graves Marie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article85821, notice TARDIF Louise , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCES : Arch. PPo., B a/ 1 476. — La Jeune République, 1879-1880. — Compte rendu du congrès.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément