TEISSONNIÈRE Émile

Par Justinien Raymond

Né et mort à Limoges (Haute-Vienne), 13 avril 1870-28 juin 1929 ; mouleur en porcelaine, puis employé de commerce à Limoges ; militant socialiste.

Pierre Teisonnière avec deux de ces fils Jules et Gustave ainsi que sa femme Valerie Fraisse

Fils du couleur de moules Pierre Teissonnière, Émile, d’abord mouleur en porcelaine, puis employé de commerce, finit par vivre à la charge de son père. Il contribua à former en 1895 le Cercle républicain socialiste de Limoges avec des dissidents du Cercle démocratique des travailleurs ; l’année suivante, le Cercle républicain socialiste adhérait au POF. Émile Teissonnière en fut le secrétaire. Il soutint le journal La Bataille sociale, organe du POF limousin et fut délégué dans les congrès du POF de 1892 à 1900, ainsi qu’aux congrès généraux de Paris, salle Japy (1899), salle Wagram (1900) où il représenta des groupes de la Haute-Vienne, de la Creuse, des Deux-Sèvres et de la Dordogne, notamment.
En 1900, sur une liste de coalition de toutes les tendances socialistes, il fut élu conseiller municipal de Limoges. Il assura le secrétariat de rédaction et fut rédacteur en chef du journal socialiste limougeot L’Avenir, lancé le 2 décembre 1900. Teissonnière fut candidat aux élections cantonales de 1901 et candidat de principe aux élections législatives de 1902 dans le Loiret (Gien).
En janvier 1903, il laissa à Chauly le secrétariat du Comité limousin du PS de France. En 1904, il dirigea La Cravache rouge qui se réclamait du PS de France, mais suivait une ligne assez différente. Émile Teissonnière abandonna ensuite l’action ouvrière.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article85850, notice TEISSONNIÈRE Émile par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 28 novembre 2018.

Par Justinien Raymond

Pierre Teisonnière avec deux de ces fils Jules et Gustave ainsi que sa femme Valerie Fraisse

SOURCES : Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, op. cit., pp. 535-536. — Comptes rendus des congrès. — A. Pittle, Une esquisse du mouvement ouvrier à Limoges depuis le XIXe siècle.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément