SCHWARTZENBERGER Joseph, Jacques

Par Léon Tinelli

Né le 21 décembre 1919 à Biblisheim (Bas-Rhin), mort le 21 novembre 1985 à Colmar (Haut-Rhin) ; cheminot à Colmar (Haut-Rhin) ; résistant ; syndicaliste CGT et communiste.

Issu d’une famille catholique, fils d’un forgeron, Joseph Schwartzenberger adhéra au Parti communiste en 1936 et devint secrétaire d’une cellule. Il militait également à l’Union des syndicats de cheminots CGT d’Alsace et de Lorraine. En 1940, il fut interné à Arches (Vosges) par les autorités françaises. Libéré en juin 1940 par l’armée allemande, il rentra à Colmar. Il assura la liaison avec les militants du « réseau Wodli » des régions de Colmar et de Rouffach. Il fut arrêté le 16 mai 1942 par la Gestapo pour « activité illégale destinée à saper l’ordre du pays et complicité avec les ennemis mortels du Reich ». Le 17 avril 1943, il fut condamné à cinq ans de réclusion par le Volksgerichtshof siégeant à Strasbourg pour participation à des groupes communistes illégaux en 1941-1942. Après la Libération, il reprit ses activités militantes au syndicat des cheminots CGT de Colmar ainsi qu’à l’Union locale. Il s’était marié le 22 avril 1938 à Rouffach (Haut-Rhin) avec Marie Wintermantel.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8596, notice SCHWARTZENBERGER Joseph, Jacques par Léon Tinelli, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 30 juin 2008.

Par Léon Tinelli

SOURCES : Strasssburger Neueste Nachrichten, 23 avril 1943. — Heimat unterm Hakenkreuz, Schiltigheim, 1953, p. 118-119. — Léon Tinelli, L’Alsace résistante, Strasbourg, 2002, p. 74, 80, 124.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément