TOBO Léonce, Arthur, Joseph

Né en 1857 à Avesnes-le-Comte (Pas-de-Calais), mort le 6 août 1904 à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) ; ouvrier ; syndicaliste de Boulogne-sur-Mer.

Arrivé à Boulogne-sur-Mer vers 1875, Léonce Tobo fut pendant vingt ans ouvrier dans la construction des appareils de chauffage et des cuisinières aux ateliers Ducarnoy, puis contremaître de poêlerie et de serrurerie chez Petyt frères. Le 22 mars 1882, il contribua à la création d’un syndicat corporatif de la métallurgie de Boulogne, dont il fut secrétaire puis président. Il créa en 1899 l’Union des syndicats et en fut trésorier. Fondateur de la Bourse du Travail et du bureau de placement gratuit en 1892, membre de la Caisse des écoles, il présida la coopérative ouvrière de consommation fondée en 1895. Ajoutons ses fonctions d’administrateur de l’imprimerie de Boulonnais et son élection comme conseiller prud’homme en 1888. Tobo fut d’ailleurs élu vice-président du conseil des prudhommes en 1892 et président l’année suivante. Il garda cette fonction jusqu’à sa mort.
Sur le plan politique, Tobo, membre du Comité républicain, fonda en 1896 le Groupe d’études sociales qui s’affilia au Parti ouvrier français.
Il avait été initié à la franc-maçonnerie le 8 février 1901, à la Loge de « L’Amitié » (Grand Orient de France). A l’occasion de ses obsèques le journal l’Express (proche des « cléricaux ») accusa les « bourgeois ambitieux » de la Loge d’avoir admis un militant syndicaliste parmi eux pour bénéficier du vote des ouvriers dans les compétitions électorales.
Une rue de Boulogne-sur-Mer porte son nom.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86035, notice TOBO Léonce, Arthur, Joseph , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

SOURCE : Notes de Michel de Sainte-Maréville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément