TOUSSAINT Edmond

Par Justinien Raymond

Né le 16 juillet 1849 à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) ; employé de commerce ; militant socialiste de Paris.

Employé de commerce à Paris, Edmond Toussaint adhéra au Parti ouvrier (PO) dès sa constitution après le congrès de Marseille de 1879. Au cours des scissions successives il se rangea dans la tendance majoritaire à Paris, possibiliste puis allemaniste.
C’est comme candidat du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR, dont il était trésorier de la section du XIe arr. en 1893) qu’il livra ses premières batailles électorales : élections municipales de 1893 dans le quartier Saint-Ambroise (XIe arr. de Paris), où il recueillit 1 904 voix sur 9 243 inscrits ; élections législatives dans la 3e circonscription du même arr. où il fut élu en 1893 au second tour avec 5 554 voix contre Mathé, et où il fut battu en 1898 avec 5 859.
Il représenta cette circonscription, en compagnie de Croizé, au congrès de la salle Japy (1899) et fut encore délégué au congrès de la salle Wagram (1900) et au congrès de Lyon (1901). En 1900, il quitta le POSR pour suivre Fabérot au PS de F. Après le congrès de Lyon il se rallia à l’USR et, sous son drapeau, fut battu dans son ancienne circonscription avec 2 721 voix aux élections législatives de 1902. Toussaint appartint au Comité directeur du PS de F.

En 1908, Edmond Toussaint participa à l’augmentation du capital de la Société nouvelle du journal l’Humanité, souscrivant une action de 25 francs en faveur du quotidien socialiste. Il était alors domicilié rue de la Roquette à Paris (XIe arr.) où il vivait avec Adèle Kassky.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86067, notice TOUSSAINT Edmond par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 13 octobre 2020.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Comptes rendus des congrès socialistes. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, pp. 138 et 169 passim. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, p. 948. — Michel Offerlé, Les socialistes et Paris, 1881-1900. Des communards aux conseillers municipaux, thèse de doctorat d’État en science politique, Paris 1, 1979. — Arch. Lavoignat. — Notes d’Alexandre Courban.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément