TRÉSIGNIES Louis

Par Didier Bigorgne

Né et mort à Mézières (Ardennes) : 29 août 1871- 9 juin 1921 ; ouvrier typographe, puis gérant d’une société coopérative ; syndicaliste et coopérateur ; administrateur de la Fédération des syndicats ouvriers des Ardennes (1912-1914), puis de l’Union des coopératives des Ardennes (1920-1921).

Fils de Louis Trésignies, scieur de long, et de Marie Adeline Hourrier, sans profession, Louis Trésignies exerça le métier de typographe. Le 12 septembre 1898, à Gernelle (Ardennes), il épousa Louise, Fanny Godard, sans profession.

Louis Trésignies mena de pair une activité de syndicaliste et de coopérateur. Président du syndicat typographique et industries similaires de Charleville et Mézières, il participa au congrès constitutif de l’Union des syndicats des Ardennes qui se tint à Mohon, les 14 et 15 avril 1907. Il fut nommé à la commission administrative.

En 1912, Louis Trésignies devint administrateur de la Fédération des syndicats ouvriers des Ardennes, fondée le 30 avril 1911 et déclarée le 27 février 1912, dont le siège social était à Monthermé. La même année, il fut élu conseiller prud’homme , pour l’arrondissement de Charleville, et le demeura jusqu’à la guerre. Dans le même temps, il était gérant de la société coopérative de production L’Association ouvrière de l’Imprimerie de Charleville.

Pendant la Première Guerre mondiale, Louis Trésignies mobilisé, blessé de guerre, regagna Paris en mai 1915. Il siégea au comité central de la Fédération française des Travailleurs du Livre. A son retour dans les Ardennes, il prit une part active dans la reconstitution du syndicat typographique de Charleville et Mézières, 7ème section. Il participa avec la même conviction à la reconstruction du mouvement coopératif qui trouva sa concrétisa en 1919, avec la naissance de l’Union des coopératives des Ardennes.

Louis Trésignies devint administrateur de la nouvelle organisation en 1920. Il occupa cette fonction jusqu’à sa mort.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86103, notice TRÉSIGNIES Louis par Didier Bigorgne, version mise en ligne le 24 avril 2016, dernière modification le 11 mai 2020.

Par Didier Bigorgne

Sources : Arch. Nat. F7/13 599, rapport du 5 juin 1912.— Arch. Maison du peuple de Monthermé.— Jean Gaumont, "La coopération dans les Ardennes", L’Action coopérative, 16 juillet 1921.— Etat civil de Charleville-Mézières et de Gernelle. — Livret militaire.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément