SELLIER Louis

Par Maurice Moissonnier

Conducteur de train ; militant socialiste à Lyon (Rhône) puis communiste ; révoqué après les grèves de 1920.

Conducteur de train au PLM, militant socialiste à Lyon (Rhône), Louis Sellier était le frère de Louis Sellier*. Comme ce dernier, il avait rejoint la minorité socialiste ; il fut révoqué à la suite des grèves de 1920 et trouva un emploi à la coopérative « L’Avenir régional » dirigée par Paul Cuminal*. Son action personnelle à la veille du congrès de Tours fut très réduite et il se contenta sans doute d’appuyer les orientations qui étaient celles de Cuminal. En janvier 1921, il n’apparut pas au congrès constitutif de la Fédération communiste du Rhône ; il exerça seulement alors les fonctions de secrétaire de la section du PC-SFIC du IIIe arr.
Louis Sellier était conseiller général dans le 9e canton de Lyon et, à ce titre, signa l’appel des élus communistes à voter pour Pierre Merlin* en juillet 1921, lors d’une élection municipale dans le VIIe arr. de Lyon où Merlin avait été préféré à Cuminal alors en difficulté avec la direction fédérale. Malgré cela, le 28 août 1921, au congrès extraordinaire de la Fédération communiste du Rhône tenu à la mairie du VIe arr. en présence de Oscar Louis Frossard*, il refusa, au nom de sa section, de voter l’exclusion de Cuminal. Son rôle prenait de l’importance ; au congrès extraordinaire, il fit partie de la commission des statuts et, en septembre 1921, devint secrétaire de la Maison du peuple de la rue Molière créée par les organisations communistes du IIIe et du VIe arr., aidées par les quatre sections de propagande de « L’Avenir régional » ; il fut aussi proposé, le même mois, comme délégué au conseil national du PC-SFIC pour l’année 1921.
Lors des élections au conseil général des 14-21 mai 1922, Louis Sellier fut battu bien qu’il eût réuni sur son nom 1 696 voix au premier tour.
En 1923, il fut élu secrétaire fédéral du Rhône et fit partie de cette direction, que le rapport d’Aimé Carlier* envoyé par le Comité central pour redresser la situation en 1924, qualifiait de « droitière ».
Louis Sellier semble avoir suivi par la suite l’évolution politique de son frère.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8623, notice SELLIER Louis par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 26 mars 2012.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. de l’Institut du marxisme-léninisme (Moscou), microfilms déposé à BMP, bobine 91. — Le Cri du peuple du Sud-Est, 1921. — Travail, 1922-1923. — Le Progrès, mai 1922.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément