VANHOOREN Charles, Henri

Par Louis Botella

Né le 4 août 1873 à La Chapelle-d’Armentières (Nord), mort en décembre 1930 ; employé de banque, puis journaliste et administrateur de journal ; syndicaliste CFTC de la Seine [Val-de-Marne].

Charles Vanhooren était le fils de Louis Vanhooren, quarante-et-un ans, journalier, et de Pauline, Sophie Dehondt, trente-trois ans.
Employé au Crédit Foncier, puis administrateur au Peuple français, organe de l’Action catholique de la jeunesse française (ACJF) et à La Libre Parole, enfin administrateur de société industrielle, Charles Vanhooren appartint, depuis février 1902 au moins, au conseil du syndicat des employés du Commerce et de l’Industrie (SECI). Il y assumait différentes fonctions : secrétaire archiviste en 1905, trésorier général de février 1907 à février 1909...

Il siégeait également, depuis février 1915 au moins, au bureau de la Fédération française des syndicats d’employés catholiques. Quelques mois plus tard, il fut mobilisé à l’École de guerre.
En octobre 1916, son nom figurait encore parmi les membres du bureau de sa fédération.

Il s’était marié le 10 octobre 1906 à Saint-Mandé (Seine, Val-de-Marne) avec Laure, Henriette Squéville (ou - d’après son acte de naissance - à Paris, IIIe arrondissement le 6 octobre 1906). La naissance de leur fils Louis, Charles Vanhooren (1912-2000) fut annoncée par La Libre Parole en septembre 1912. Sur l’acte de naissance de ce dernier Vanhooren père était présenté comme "publiciste". Le couple vivait alors 17, avenue Daumesnil.
En février 1919, Charles Vanhooren était toujours administrateur de La Libre Parole.

Ses obsèques eurent lieu à Saint-Mandé le 22 décembre 1930.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86237, notice VANHOOREN Charles, Henri par Louis Botella, version mise en ligne le 2 août 2016, dernière modification le 3 octobre 2021.

Par Louis Botella

SOURCES : Arch. Dép. Val-de-Marne, État civil de Saint-Mandé, Naissances 1912-1915, 1912, Acte n°135, 4E 3396. — Fichier de la CFTC. — L’Employé, organe du Syndicat des employés du Commerce et de l’Industrie) puis et de la Fédération française des syndicats d’employés catholiques, février 1902-février 1931 (BNF Gallica). — La Libre Parole, 28 septembre 1912, 17 février 1919. — État civil de La Chapelle-d’Armentières, 1873, Naissances, Acte n°100 (Filae). — Données du site Généanet. — Notes de Renaud Poulain-Argiolas.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément