VEDEL Ferdinand

Par Justinien Raymond

Né le 20 octobre 1847 aux Vans (Ardèche), colleur de papiers peints à Marseille, délégué de sa chambre syndicale à la troisième session du congrès ouvrier socialiste de France qui se tint à Marseille du 20 au 31 octobre 1879 — Voir Laurentié et Leven, délégués de la même chambre syndicale.
C’est lui qui rédigea sur la situation des femmes dans l’industrie un intéressant rapport qui ne put, faute de temps, être lu au congrès mais fut publié. Il concluait : « Seul le catholicisme a compris l’importance et la puissance des femmes, il faut que la société laïque récupère cette force. »
Il fit partie du groupe des dix-neuf membres chargés d’exécuter les décisions du congrès.
Élu conseiller municipal en 1879, il fut au nombre des conseillers qui luttèrent contre le maire Ramagni qui avait des attaches bonapartistes. En 1880, il collabora à la Justice sociale — voir Bic Antoine.
Ferdinand Vedel fut réélu le 16 janvier 1881 lorsque les radicaux, avec C.-B. Brochier à leur tête, devinrent maîtres de l’Hôtel de Ville, et réélu successivement jusqu’en 1892 sous l’étiquette radicale socialiste. Élu contre H. Cadenat, il représenta au conseil général le 4e canton de Marseille de 1891 à 1895 ; il fut alors remplacé par le socialiste François Tasso. À deux reprises, sa candidature fut envisagée dans la 1re circonscription législative. En 1894, il s’agissait de la succession de Peytral : les comités radicaux l’écartèrent au profit de Chanot, sur intervention du préfet Deffès selon un rapport de ce dernier (14 février 1894) au ministre de l’Intérieur. Malgré l’appui de Paul Peytral, devenu sénateur, la candidature de Vedel, un instant envisagée contre Carnaud en 1898, ne fut pas retenue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86287, notice VEDEL Ferdinand par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 4 décembre 2022.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Arch. PPo., B a/ 1 476. — Arch. Dép. Bouches-du-Rhône, M 2 III 50 et 52. — Arch. Mun. Marseille, listes électorales, 1879. — G. d’Oussouville, Historique du Conseil général et des conseils d’arrondissement, 1902. — Compte rendu du congrès de Marseille.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément