VILLOT Louis, Théodore

Par Mauricette Laprie

Né le 2avril 1864 à Bordeaux (Gironde) ; pharmacien ; conseiller municipal de Lesparre (Gironde) ; directeur de la pharmacie coopérative de Bordeaux (1907-1915) ; républicain socialiste.

Fils de Charles Villot, maître tailleur, et de Antoinette Plaud, ménagère, Louis Villot se maria à Lesparre le 3 mai 1891 avec Ida Marie Bernard, née à Vendays (Gironde) le 25 janvier 1868. De leur union naquirent trois fils à Lesparre, Charles le 18 décembre 1891, Jean le 23 octobre 1894 - Mort pour la France le 13 avril 1915 et Marie Edmond le 16 novembre 1897. Divorcé le 27 mars 1917, Louis Villot se maria le 13 octobre 1917 à Toulouse (Haute-Garonne) avec Marie Plaud née à Toulouse le 22 mai 1876.

Pharmacien à Lesparre depuis 1890, Louis Villot s’impliqua dans la vie sociale de cette commune médocaine, devenant président le 12 janvier 1896 du véloce-club médocain, le 17 avril vice-président de la Société des fêtes, et en 1900 conseiller municipal.

Il fut un des délégués de la Gironde au 4ème congrès général du Parti socialiste français, tenu à Tours du 2 au 4 mars 1902. Le 12 juin 1904, le sous-préfet de Lesparre lui transmit une lettre du président du Conseil, ministre de l’Intérieur et des cultes, Emile Combes, le remerciant de « l’adresse de félicitations et de dévouement au gouvernement votée par les républicains et les socialistes du Médoc ». Le 9 juillet, il participa à la réunion pour la formation du Comité de concentration républicaine. Le 16 septembre, il présenta les statuts du nouveau cercle qui reçut le nom de « Cercle de l’égalité », il en fut nommé vice-président. Le 17 juin 1905, à l’issue de la conférence « Action républicaine et laïque » de Lucien Victor-Meunier organisé par le Comité républicain de Vendays, il félicita chaudement le conférencier et termina en disant « c’est le socialisme seul qui apportera le remède aux maux sociaux qui frappent encore à l’heure actuelle l’Humanité ».

Le 15 janvier 1905, Louis Villot fut élu président de la Ligue des Droits de l’Homme, section de Lesparre.

En 1907, il quitta Lesparre pour Bordeaux où il devint le directeur de la nouvelle pharmacie coopérative de l’Union des syndicats de la Gironde, 34 cours Saint-Jean. L’inauguration de cette pharmacie eut lieu le 4 février, annoncée lors du congrès constitutif de la Fédération régionale du Sud-Ouest des syndicats ouvriers tenu dans la salle des conférences de la Bourse du travail de Bordeaux les 3 et 4 février, elle prenait pour modèle les pharmacies de secours mutuels. A l’issue du banquet fraternel aux loges maçonniques Jean Lauchiré adressa des paroles de reconnaissance « au camarade Villot qui a créé la pharmacie coopérative ». Il présida le Comté central de défense du marché des Capucins et quartier Sud de Bordeaux.

Il participa à la réunion du bloc de gauche de la 3ème circonscription de Bordeaux le 8 janvier 1910, au café de Moscou, cours Victor Hugo, soutenant la candidature de Jourde.

Il quitta la Gironde pour s’installer en Haute-Garonne. Il habitait Rieumes lors du mariage de son fils en août 1915.

Officier d’académie, promotion du 1er janvier 1910.

Son nom figure dans le Fichier central de la direction de la sûreté nationale du ministère de l’Intérieur dit « fonds de Moscou » aux Archives nationales pour la période 1929-1930, sous la cote 19940482/143, dossier n° 14300. Non consulté

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86432, notice VILLOT Louis, Théodore par Mauricette Laprie, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 24 novembre 2021.

Par Mauricette Laprie

SOURCES : Livre des procès-verbaux du syndicat des ouvriers-pâtissiers-glaciers de Bordeaux 1906-1911. — Annuaire de la Gironde 1907-1915. — 4e Congrès général du Parti socialiste français, tenu à Tours, du 2 au 4 mars 1902 : compte rendu sténographique officiel ([Reprod.]) | Gallica (bnf.fr). — La France de Bordeaux et du Sud-Ouest, 12 juin, 14 juillet et 18 septembre 1904. — Etat civil de Bordeaux et de Lesparre (Gironde), de Toulouse (Haute-Garonne).

Version imprimable Signaler un complément