ESTOR Antonin et Auguste

Par Jean Sagnes

Ouvriers du Bâtiment ; syndicaliste CGT de l’Hérault ; anarchistes

Les frères Estor de Montpellier (Hérault) furent, avec Emile Crébassa, Louis Niel et Louis Jeannot , les principaux militants syndicalistes et anarchistes de l’Hérault avant 1914. L’imprécision des sources concernant leurs activités ne permet pas toujours, malheureusement, de faire la part de ce qui revient à Antonin, à Auguste ou encore à Joseph Estor qui est peut-être le fils d’un des deux premiers. Plâtriers, ils appartinrent tous trois au syndicat de la bâtisse de Montpellier affilié à la Bourse du Travail de cette ville.
Dès 1903, Antonin (ou Auguste) Estor organisait des réunions antimilitaristes à Montpellier. La même année, Joseph Estor, alors âgé de vingt-quatre ans, était arrêté par la police à l’issue d’une manifestation faite au cri de « Vive l’anarchie » ! Le 5 avril 1911, Joseph Estor était un des cinq représentants du syndicat de la bâtisse de Montpellier lors de la signature d’un procès-verbal de conciliation avec les entrepreneurs de la ville. Antonin Estor fut, pendant des années, prudhomme ouvrier de Montpellier. En 1912, Auguste Estor était secrétaire de ce même syndicat.
Le nom d’Estor apparaissait alors fréquemment dans Le Travailleur syndiqué, organe officiel de la Bourse du Travail et des chambres syndicales ouvrières de Montpellier et de la région. L’un d’entre eux fut délégué au 11e congrès de la CGT à Toulouse (3-11 octobre 1910). En 1911, un Estor animait le « Sous-comité de grève générale » de Montpellier, proche de la Bourse du Travail.

Fin janvier 1930, Antonin Estor, qui était pendant de nombreuses années, le secrétaire du syndicat confédéré [CGT] des ouvriers plâtriers de Montpellier, décéda. Il avait 65 ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86659, notice ESTOR Antonin et Auguste par Jean Sagnes, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 1er mars 2020.

Par Jean Sagnes

SOURCES : Le Midi, décembre 1903. — Le Travailleur syndiqué, 1911-1914. — R. Andréani, « L’antimilitarisme en Languedoc méditerranéen avant la première guerre mondiale » (Revue d’Histoire moderne et contemporaine, janv.-mars 1973). — Le Peuple, organe quotidien du syndicalisme, 4 février 1930 (BNF-Gallica). — Notes de Louis Botella.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément