SIBILLE Jules

Né le 22 février 1839 à Calmoutier (Haute-Saône) ; ancien militaire ; cheminot ; communard ; condamné.

Jules Sibille demeurait à Paris, 93, rue des Poissonniers (XVIIIe arr.). Il était célibataire et homme d’équipe, et avait été condamné en 1868 à quinze jours de prison pour outrage public à la pudeur. L’administration de la compagnie du chemin de fer du Nord donna sur lui des renseignements favorables. Ancien militaire, il avait été rappelé sous les drapeaux pendant la guerre contre la Prusse. Libéré le 11 mars 1871, il rentra le 16 à la compagnie du chemin de fer du Nord où il était employé depuis trois ans ; il y travailla jusqu’au 16 mai. Le 20, il se fit incorporer dans un bataillon des zouaves de la République. Blessé légèrement le 24, il fut soigné à l’hôpital Saint-Antoine ; on l’arrêta le 18 juin.
La police le signalait comme ayant des opinions exaltées ; un témoignage affirma le contraire. Il fut condamné, le 1er avril 1872, par le 9e conseil de guerre à un an de prison et cinq ans de privation des droits civiques.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article8676, notice SIBILLE Jules, version mise en ligne le 30 juin 2008, dernière modification le 1er août 2020.

SOURCE : Arch. Nat., BB 24/754.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément