FLORENCE Joseph, Julien

Par Maurice Moissonnier

Né à Sainte-Marie-aux-Mines (Haut-Rhin) le 13 février 1847 ; marié, père d’un enfant ; ouvrier en sparterie ; militant syndical lyonnais de tendance blanquiste.

Florence fut délégué de la chambre syndicale de la Sparterie de Lyon au congrès constitutif de la Fédération nationale des syndicats (Lyon, 11-16 octobre 1886).
Le 15 octobre, au nom de sa corporation, il intervint pour réclamer la suppression du travail dans les prisons civiles et militaires en raison de la concurrence désastreuse ainsi faite aux travailleurs réguliers.
Le commissaire spécial commis à la surveillance des délégués le classa parmi les « révolutionnaires indépendants ».
Président du syndicat de la sparterie, Florence fut délégué au conseil local de la fédération lyonnaise jusqu’au moment, où, vers 1888, il fut relevé de ses fonctions. Peut-être ses habitudes d’intempérances ne furent-elles pas étrangères à cette décision. Il demeura néanmoins un militant ardent et, le 5 avril 1890, lors de la réunion publique tenue salle de la Boule-d’Or en vue de la préparation du 1er mai, il tint à préciser à plusieurs reprises que si la manifestation devait être pacifique, il n’en fallait pas moins résister aux entreprises de la police et ne permettre aucune arrestation.
Politiquement, Florence suivait les blanquistes et, lors de la sécession des partisans de Boulanger, il combattit les boulangistes avec ardeur. On le vit ainsi, le 22 février 1890, s’en prendre violemment à Alexis Deloche.
Le 21 mars 1891, il fit preuve de la même combativité lors d’une réunion-conférence organisée par le syndicat des verriers avec le concours d’orateurs du comité révolutionnaire central (cf. le journal lyonnais Action, 22 mars 1891).
En 1894, après l’assassinat à Lyon du président Carnot, la police le surveilla comme... anarchiste. Il travaillait alors comme manœuvre aux Glacières de Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86895, notice FLORENCE Joseph, Julien par Maurice Moissonnier, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Maurice Moissonnier

SOURCES : Arch. Dép. Rhône 4 M 17 et 10 M 864. — Compte rendu du congrès de Lyon, 1886.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément