FORTIN Édouard

Par Justinien Raymond

Né le 16 décembre 1854 à Amiens (Somme), mort le 12 octobre 1947 à Cannes (Alpes-Maritimes) ; comptable ; militant guesdiste de l’Oise ; un des exécuteurs testamentaires de Guesde.

Édouard Fortin fut avec Jean Gédéon, le pionnier du socialisme dans l’Oise. Il y fonda maints groupes du POF dont il était un adhérent de la première heure.

Comptable, il s’installa dans les années 1880 à Beauvais (Oise) et en 1888, il fut élu conseiller municipal de Beauvais par 1 789 voix sur la liste radical-socialiste. Il démissionna en mai 1891.
Il mettait au service de son parti un grand talent oratoire et une réelle culture doctrinale. En 1893, installé à Saint-Just-des-Marais, un rapport de police le présentait comme "intelligent, bon orateur et chef du parti socialiste." Il avait alors trois enfants.
Il appartint de 1895 à 1902 au conseil national du POF et participa à ses congrès de 1893, 1897, 1899, 1900 et 1901. Après la mort d’Aline Valette et pendant la maladie de Guesde, Fortin fut le véritable responsable du POF (1898-1899). Au premier congrès général des organisations socialistes à Paris, salle Japy (1899) il en représenta le groupe de Creil (Oise). Au congrès de la salle Wagram (1900), il était porteur du mandat du groupe guesdiste du deuxième canton de Reims. Son action militante se ralentit après l’unité de 1905.

En juin 1933, Fortin participa à la création de la Société des Amis de Jules Guesde et fut membre de son Conseil d’administration, qui était présidé par Bracke-Desrousseaux. Avec ce dernier, il déposa en 1938 les archives de Jules Guesde au siège de la SFIO.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86941, notice FORTIN Édouard par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 22 septembre 2020.

Par Justinien Raymond

ŒUVRE : Fortin collabora au Socialiste et au Socialisme. Il fut rédacteur en chef du mensuel La Société nouvelle (juin 1895-août 1896).

SOURCES : Comptes rendus des congrès. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes I, pp. 472 à 475. — Compère-Morel, Grand Dictionnaire socialiste, p. 315. — Claude Willard, Les Guesdistes, p. 624. — Jean-Pierre Besse, Le mouvement ouvrier dans l’Oise 1890-1914, CDDP Oise, 1984. — Le Populaire, 14 juillet 1933 et 27 mars 1938. — Notes de Julien Chuzeville.

ICONOGRAPHIE : Hubert-Rouger, op. cit., p. 473.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément