FOULQUIER Léon

Ouvrier confiseur et journaliste, Léon Foulquier appartenait au mouvement socialiste révolutionnaire. Il commença par militer en France dans le département du Gard. En 1882, il était collaborateur au journal d’Alès La sentinelle et fut délégué au congrès ouvrier de Saint-Étienne par le Parti socialiste du Gard. Lors des élections législatives de 1885, il était membre du Comité socialiste révolutionnaire.
En avril 1889, il était à Constantine (Algérie) et figurait parmi les fondateurs d’un nouveau journal La Révolution sociale qui se définissait comme l’organe des travailleurs algériens et dont le premier numéro parut le 21 avril.
En août 1889, il fut membre du comité électoral Socialiste-Révisionniste qui soutint la candidature de l’avocat Sterlin pour les élections législatives. Le 1er septembre, Léon Foulquier rompit avec « les boulangistes » (« Avis à nos amis », La Révolution sociale, 1er septembre 1889) et se présenta lui-même aux élections sous l’étiquette candidat ouvrier socialiste révolutionnaire. Il fut battu, recueillant 87 voix sur 6 491 et 10 498 inscrits. Le dernier numéro de La Révolution sociale parut le 22 septembre 1889.
Après cette date on ne trouve plus de renseignement sur Léon Foulquier qui semble avoir quitté Constantine et peut-être l’Algérie.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article86974, notice FOULQUIER Léon , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.
rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément