FRANCHET Antonin

Militant syndicaliste actif, A. Franchet collaborait à la Revue de l’Enseignement où il rédigeait le « Mouvement syndicaliste ». Glay lui succéda en septembre 1905.
S’opposant à Nègre qui voulait écarter systématiquement de l’action du syndicat « toute question ayant un caractère spéculatif ou pédagogique » (l’Émancipation, juillet 1905), Franchet voulait que ne soient point séparées les revendications corporatives de la pratique intelligente et consciencieuse du métier et il estimait que « le but essentiel du syndicat, pourrait-on dire, est la défense des intérêts professionnels des instituteurs et l’institution d’un enseignement critique » (Revue de l’Enseignement, 9 juillet 1905).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87007, notice FRANCHET Antonin , version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

ŒUVRE : Le Bon Dieu laïque, Paris, 1903, Bibl. Nat. 16° Lf 244/267. — Histoire d’un déplacement d’office, Paris, 1905, 40 p. (non à la Bibl. Nat.). — Nombreuses publications pédagogiques.

SOURCES : M. Ferré, Histoire du mouvement syndicaliste révolutionnaire chez les instituteurs, des origines à 1922, Paris, 1955. — Bernard, Bouet, Dommanget, Serret, Le Syndicalisme dans l’enseignement, op. cit.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément