FRANCILLON Philibert

Par Yves Lequin

Ouvrier armurier ; militant de la Loire.

Francillon fut, en août 1878, à Saint-Étienne, l’âme d’une tentative de création, avec René Jacquet, Émile Bertail, Barthélémy Heurtier, Henri Besset, Baptiste Miard et Régis Labeaume, d’un « Cercle de l’Union des travailleurs » ; il s’agissait en fait d’un essai de reconstitution de la « Société civile d’épargne, de crédit et de production des ouvriers métallurgistes », que le préfet de la Loire avait dissoute par décret du 30 juin 1874. Les autorités s’opposèrent à ce qu’elles considéraient comme une manœuvre dans « le sens ultra-radical et socialiste ». Francillon lui-même était arrivé, en 1874, de Lyon où il aurait été (?) membre de l’Internationale ; excellent ouvrier, il travaillait depuis cette date à la Manufacture nationale d’armes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87014, notice FRANCILLON Philibert par Yves Lequin, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Yves Lequin

SOURCE : Arch. Dép. Loire, 10 M 76.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément