KÉVA Clémence

Passementière ; militante féministe et socialiste de Paris dans les années 1880.

Déléguée de la Société du Droit des femmes de Paris au congrès du Havre (16-22 novembre 1880), Clémence Kéva siégea parmi les « barberettistes ». Dans son discours au congrès, le 19 novembre, elle demanda l’égalité absolue de l’homme et de la femme « au triple point de vue économique, civil et politique ».

Début février 1881, c’est à son domicile, rue Berthollet à Paris (Ve arr.) que s’étaient réunies une quinzaine de femmes - dont Marcelle Tinayre, Eugénie Pierre (Eugénie Potonié-Pierre ?) et Debrossie - en vue de constituer "La solidarité des femmes", une nouvelle société pour l’amélioration du sort des femmes, leur émancipation et la suppression de la prostitution réglementée.

En juin et juillet 1881, la « citoyenne Kéva » était membre de la commission exécutive chargée d’organiser le cinquième congrès socialiste ouvrier, à Paris. Il était indiqué qu’elle était membre de la société du Droit des femmes.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87093, notice KÉVA Clémence, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 4 novembre 2020.

SOURCES : Arch. Ppo BA 90. — Le Globe, 20 novembre 1880. — Le Rappel, 24 mai, 30 juin et 25 juillet 1881. — Notes de Rolf Dupuy et de Julien Chuzeville.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément