KOSCIUSZKO ou KOSQUISKO (?) >

Par Justinien Raymond

Militant socialiste avant et après l’unité de 1905, Kosciuszko siégea aux congrès de Paris, salle Japy (1899), comme représentant du groupe des voyageurs de commerce de la Seine, affilié à la FSI, et salle Wagram (1900), porteur du mandat du groupe socialiste d’Orange (Vaucluse) affilié à la fédération autonome du département ; mais son action se déroula dans la Seine dont il représenta la fédération au congrès de Lyon (1901) et au congrès du PSF à Tours (1902).
Après 1905, il fut un militant de la fédération socialiste SFIO de la Seine qui le délégua aux congrès de Toulouse (1908) et de Saint-Étienne (1909). Apostrophant à Toulouse Compère-Morel qui combattait la fraction antiparlementaire du Parti, il s’écria : « Il vaut mieux être avec les anarchistes qu’avec les radicaux ! » (c. rendu p. 410). Aux élections législatives de 1902, Kosciuszko avait obtenu 2 259 voix dans la 1re circonscription du XIVe arr. de Paris.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87116, notice KOSCIUSZKO ou KOSQUISKO (?) > par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 30 mars 2010.

Par Justinien Raymond

SOURCES : Comptes rendus des congrès socialistes. — Hubert-Rouger, Les Fédérations socialistes III, op. cit., p. 145.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément