GUISSET Jean, Jacques, Pierre

Par André Balent

Né le 18 décembre 1911 à Maureillas (Pyrénées-Orientales) ; cultivateur à Céret (Pyrénées-Orientales) ; militant du Parti communiste, légal puis clandestin ; militant syndicaliste ; résistant.

Fils d’un cultivateur espagnol, Jean Guisset était en 1937 secrétaire de l’UL–CGT des syndicats de Céret, localité voisine de son village natal. Cultivateur, il devait avoir une double activité, combinant le travail salarié et celui dans son exploitation agricole. Il adhérait aussi au Parti communiste depuis 1936.

Il fut un membre actif des filières clandestines qui faisaient passer en territoire espagnol les volontaires des Brigades internationales (voir Dabouzi François ; Lacoste André). Il fut inscrit sur la liste « S » en sa qualité de suspect communiste. Membre du parti communiste clandestin, il participa à la résistance cérétane, résolument unitaire dès 1942. Le 6 juin 1944 il gagna le « maquis 44 », constitué par les résistants de Céret et du Vallespir des MUR / AS et du FN /FTP dans le massif du Canigou (voir Coste Jean, Coste Michel, Jorda Jean).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87223, notice GUISSET Jean, Jacques, Pierre par André Balent, version mise en ligne le 20 mai 2010, dernière modification le 14 mai 2016.

Par André Balent

SOURCES : Arch. Dép. Pyrénées-Orientales, série M non classée, versement du cabinet du préfet, 13 septembre 1951, liasse 169, dissolution du Parti communiste, liste des « suspects du point de vue national ». — L’Action syndicale, août-septembre 1937. — Le Travailleur catalan, 13 mars 1937. — André Balent, notice DBMOF, 31, 1988, p. 154. — Ramon Gual & Jean Larrieu, « Vichy, l’occupation nazie et la résistance catalane », II b, « De la Résitance à la Libération », Terra Nostra, n° 93-94-95-96, Prades, 1998, p. 580, 586, 587. — Georges Sentis, Les communistes et la résistance dans les Pyrénées-Orientales. Biographies, Lille, Marxisme régions, 1994, p. 149. — État civil de Maureillas.

ICONOGRAPHIE : Gual & Larrieu, op. cit., p. 587 : banquet commémoratif des membres du « maquis 44 » au mas Cremat, quelques semaines après la Libération, Jean Guisset, l’un des cinquante-trois maquisards de la photographie est présent et identifié.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément