HABERT Robert

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

Né le 27 octobre 1906 à Mer (Loir-et-Cher), mort le 12 juin 1972 à Gentilly (Val-de-Marne) ; ouvrier tanneur ; secrétaire du rayon communiste et de l’Union locale CGT d’Issoudun (Indre) ; secrétaire de la Fédération CGT des Cuirs et Peaux.

Robert Habert était issu d’une famille ouvrière ; sa mère et sa sœur travaillaient comme journalières à Mer, lui-même exerçait la profession de tanneur lisseur. Militant communiste très actif, il devint secrétaire de la cellule de Mer, fonction qu’il dut abandonner en mars 1930, l’entreprise où il travaillait ayant fermé. Il quitta le département et s’installa dans l’Indre, à Issoudun. Selon un rapport de police de juillet 1932, le sous-rayon se composait de trois cellules groupant cinquante-neuf adhérents. Habert assurait le secrétariat adjoint du sous-rayon et de la cellule d’Issoudun (voir Jean Péricard*) et militait au comité local anti-fasciste qui le délégua au congrès européen de Paris en juin 1933. Son activité contre le fascisme le conduisit, en mai 1934, devant le tribunal d’Issoudun qui le condamna à un mois de prison avec sursis et cinquante francs d’amende pour s’être « livré à des violences sur les agents tentant de lui enlever un drapeau ».

En 1934, Habert devint secrétaire du rayon d’Issoudun, responsabilité dont il démissionna en janvier 1937 « en raison des lourdes tâches découlant des postes auxquels il vient d’être placé par la confiance des ouvriers syndiqués ». Membre de la commission administrative de l’Union locale CGT et secrétaire adjoint du syndicat des Cuirs et Peaux d’Issoudun en 1936, Habert assura à partir de janvier 1937 le secrétariat de ces deux organismes. La même année, le comité de Front populaire de l’arrondissement d’Issoudun et le comité local « Bilbao » d’aide aux réfugiés espagnols le nommèrent secrétaire. Le PC le présenta aux élections cantonales d’Issoudun-Nord en septembre 1934 et octobre 1937. Habert était membre du comité départemental communiste en 1938. L’année suivante, il fut appelé au secrétariat de la Fédération des Cuirs et Peaux.

Mobilisé, prisonnier de guerre, il rentra en France en 1945.

Après la Seconde Guerre mondiale, Robert Habert fut un dirigeant national de 1945 à 1965 du syndicat des Cuirs et Peaux. À partir de 1967, il fut secrétaire général de la Fédération. Il participa également à la direction de l’Union internationale des cuirs et peaux, textile et habillement adhérente à la FSM.

Robert Habert s’était marié à Mer le 13 octobre 1928 avec Raymonde Allouis.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87236, notice HABERT Robert par Annie Pennetier, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 avril 2010, dernière modification le 29 mars 2020.

Par Annie Pennetier, Claude Pennetier

SOURCES : Arch. Nat. F7/13130. — Arch. Dép. Indre, 3 M 1419. — L’Émancipateur 1933-1938. — S. Courtois, Thèse, op. cit., annexe n° 18. — L’Humanité, 13 juin 1972. — État civil de Mer.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément