HALLIER Auguste, Modeste

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

Né le 30 novembre 1893 au Mans (Sarthe), mort le 22 mai 1945 en déportation à Sulligen (Allemagne) ; ouvrier métallurgiste puis directeur des œuvres sociales de la ville du Mans ; militant syndicaliste et socialiste.

HALLIER Auguste, Modeste
Né le 30 novembre 1893 au Mans (Sarthe), mort le 22 mai 1945 en déportation à Sulligen (Allemagne) ; ouvrier métallurgiste puis directeur des œuvres sociales de la ville du Mans ; militant syndicaliste et socialiste.
Dirigeant du syndicat CGT des Métaux du Mans, Auguste Hallier adhéra au Parti socialiste en 1920 et resta à la SFIO après le congrès de Tours (décembre 1920). Il se consacra surtout au mouvement syndical comme trésorier général de l’Union départementale de 1922 à 1929 au moins ; il fut également gérant du Travailleur sarthois de 1925 à 1931 au moins, et secrétaire de son syndicat. Ses activités lui fermèrent les portes des usines métallurgiques locales : Hallier devint directeur rémunéré des œuvres sociales de la ville du Mans.
Auguste Hallier fut élu conseiller municipal en 1924 puis maire adjoint en mai 1929. Il participait à la vie de la Fédération socialiste dont il était l’archiviste en 1927 et il représenta son département au conseil national en juin de cette année. Pressenti comme candidat socialiste pour les élections législatives d’avril 1928, Hallier refusa en déclarant que ses fonctions syndicales étaient incompatibles avec une candidature législative. Il quitta la municipalité en 1933 et se consacra à la présidence de la Fédération sarthoise de la Libre Pensée.
Hallier fut, sous l’Occupation, directeur général des services de ravitaillement et de la main-d’œuvre. Cette place lui permit de servir la Résistance. Accusé de « sabotage », il fut arrêté en octobre 1942 et mourut en déportation.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87246, notice HALLIER Auguste, Modeste par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 3 avril 2010, dernière modification le 5 octobre 2021.

Par Jean Maitron, Claude Pennetier

SOURCES : Congrès FTM-CGT. — Arch. Nat F7/13014. — Le Peuple, 4 mars 1929. — Le Travailleur sarthois, 1925-1931. — Le Réveil social de l’Ouest, 1927-1928 et 8 juillet 1945. — Arch. Dép. de la Sarthe (1 M 484). — L’Union des métaux, n° 173, mars 1933. — Notes d’Émeric Tellier.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément