GOUPIL Augustine, Victorine [née Durand]

Par Jacques Cousin

Née le 1er août 1890 à Landivy (Mayenne), morte le 24 mai 1972 à Mayenne (Mayenne) ; institutrice ; militante du Syndicat des membres de l’enseignement laïque puis de la section du Syndicat national des instituteurs de la Mayenne.

Fille d’une ouvrière, Augustine Goupil, pupille de l’assistance publique, sortit de l’École normale d’institutrices de Laval (Mayenne) en 1911 avec le brevet supérieur. Elle se maria en août 1915 à Couesmes-en-Froulay (Mayenne) où elle exerçait avec Marcel Vielpeau, négociant, fils d’un charpentier et d’une ouvrière, né à Couesmes en 1889 qui mourut pendant la guerre au front, dans la Somme en 1916. Elle se remaria en août 1922 à Thorigné-en-Charnie (Mayenne) avec Émile Goupil*, instituteur à Couesmes-en-Froulay. Le couple eut trois enfants.

À l’assemblée générale du 17 juillet 1930, Augustine Goupil fut appelée au conseil syndical du Syndicat des membres de l’enseignement laïque pour remplacer Mme Retaillé dont le mandat était arrivé à expiration. Elle siégeait toujours en 1931. Son mandat fut reconduit en 1932. Elle fut l’une des 22 signataires de l’appel à la grève du 30 novembre 1938. 45 instituteurs firent grève en Mayenne ; des répercussions importantes affectèrent le fonctionnement de la section . Les grévistes furent sanctionnés par une perte de huit jours sur leur salaire, perte compensée grâce à la campagne de solidarité lancée par la section SNI de la Mayenne auprès de ses adhérents.

Une nouvelle fois sanctionnée le 13 décembre 1940, comme les 21 autres signataires de l’appel à la grève, Augustine Goupil fut mise à la retraite d’office par le régime de Vichy en application de la loi du 11 octobre 1940 et ne fut réintégrée dans l’enseignement qu’après la Libération, avec les excuses de l’administration. Tanton, inspecteur primaire lui écrivit le 1er novembre 1944 :

« Le mouvement qui suivra le retour des prisonniers offrira peut-être l’occasion de vous restituer la place où vous avez si longtemps fait de la bonne besogne ».

En mars 1965, la tendance "École émancipée" décida de présenter sa propre liste face à celle réunissant les deux autres tendances. Elle obtint 5 sièges sur 25 à pourvoir. Augustine Goupil qui était placée en 21e position ne fut pas élue. Lors du renouvellement du conseil syndical en mars 1967, les trois tendances firent cavalier seul et présentèrent leur propre liste et leur propre programme. L’École émancipée n’obtint que 3 des 25 sièges à pourvoir. Augustine Goupil, placée en 20e position ne fut pas élue.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87310, notice GOUPIL Augustine, Victorine [née Durand] par Jacques Cousin, version mise en ligne le 5 avril 2010, dernière modification le 26 mars 2015.

Par Jacques Cousin

SOURCES : Arch. Dép. Mayenne, Fonds de la section départementale du SNI-PEGC, L’Émancipation. — Archives privées de Guy Goupil, son fils.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément