GRILLET Paule [GRILLET Anne, Marie, Paule]

Par Jacques Girault

Née le 17 mai 1893 à Rumilly (Haute-Savoie), morte le 21 septembre 1993 à Vincennes (Val-de-Marne) ; professeure puis directrice d’établissement ; militante syndicaliste.

Son père, militaire, retourna dans le Languedoc dont il était originaire et y mourut en 1915. Paule Grillet, élève du collège de Carcassonne (Aude) puis du lycée de jeunes filles de Toulouse (Haute-Garonne) de 1910 à 1913, fut admissible à l’Ecole normale supérieure de Sèvres en 1912.
Répétitrice au collège de jeunes filles de Castres (Tarn) de 1913 à 1916, elle habitait Castelnaudary (Aude), avec sa mère, veuve, qui élevait ses quatre filles.
Après avoir obtenu le certificat d’aptitude à l’enseignement secondaire en 1916, elle fut déléguée pour l’enseignement des sciences aux lycées de garçons de Rodez (Aveyron) en 1916, de Valence (Drôme) en 1917, de Rodez en 1918, avant d’être nommée professeure au collège de jeunes filles de Castres en 1919.

Elève de l’ENS de Sèvres en 1919-1920 pour la préparation de l’agrégation, elel était répétitrice préparatrice au lycée Jules Ferry à Paris en 1920, et fut reçue à l’agrégation de sciences physiques et naturelles en 1921.
Elle fut nommée successivement professeure aux lycées de jeunes filles de Montauban (Tarn-et-Garonne), Longchamp à Marseille (Bouches-du-Rhône) en 1922, Fénelon à Paris en 1928.

Inscrite sur les listes d’aptitude aux fonctions de directrice, elle fut nommée à la tête du lycée de jeunes filles de Cahors (Lot) en 1930. Gaston Doumergue et Anatole de Monzie intervinrent en sa faveur. Elle obtint la direction des lycées de jeunes filles d’Aix-en-Provence en 1937 puis de Toulouse en 1940, où elle remplaça l’ancienne directrice interdite de fonction en raison de ses origines juives. Maintenue en poste à la Libération, elle était jugée comme une « directrice exceptionnelle » en 1950. Nommée censeur-directrice de l’annexe de Tolbiac du lycée Fénelon à Paris en 1951, elle obtint la direction du lycée Fénelon de 1954 à sa retraite en 1958.

Militante du syndicat des chefs d’établissements féminins, élue dans les commissions paritaires nationales, Paule Grillet se signala en 1955 en appuyant les revendications des dames secrétaires du lycée Fénelon en signant la pétition commune au SNES, SGEN, SNALC, demandant leur intégration dans la catégorie des rédacteurs d’académie, attitude inhabituelle pour un chef d’établissement.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87406, notice GRILLET Paule [GRILLET Anne, Marie, Paule] par Jacques Girault, version mise en ligne le 9 avril 2010, dernière modification le 19 novembre 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Nat., F17/ 26998.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément