HAREMZA Jean, Sigismond

Par Alain Dalançon

Né le 1er mars 1925 à Sainte-Savine (Aube), mort le 20 mai 2008 à Blois (Loir-et-Cher) ; professeur puis directeur d’école normale d’instituteurs ; militant syndicaliste du SNPEN, membre du BN, secrétaire de la commission pédagogique, secrétaire général adjoint ; membre du BN du SNUDEN puis du SNIPR ; militant communiste ; militant associatif de France-Pologne et de France-Tchécoslovaquie.

Jean Haremza
Jean Haremza
Colloque formation des maîtres, 1971

Jean Haremza était l’un des trois fils d’une famille d’immigrés polonais qui s’installèrent au milieu des années 1920 dans des baraquements, à Sainte-Savine, commune industrielle limitrophe de Troyes. Son père, Sigismond, né en 1897, avait combattu les Russes bolcheviks et avait trouvé un emploi à la bonneterie Gillier où il travailla jusque dans les années 1960. Sa mère, Françoise Paszynka, née en 1901 en Ukraine, mourut à l’âge de 102 ans.
Élevé dans une famille respectueuse de la tradition catholique mais non pratiquante, Jean Haremza, dès l’âge de quatre ans, savait lire et écrire le polonais que sa mère lui avait appris dans son livre de messe. C’est donc à l’école maternelle puis à l’école élémentaire Jules Ferry de sa commune, accueillant une population composée pour une bonne moitié d’immigrés (Polonais, Italiens, Espagnols, Portugais, Belges…) qu’il apprit le français. Ce bilinguisme lui servit beaucoup par la suite et d’abord, dès son adolescence, pour aider les nombreux immigrés polonais à remplir leurs papiers. Durant toute sa vie, il conserva des liens avec le pays d’origine de sa famille, sa langue et sa culture. Durant son enfance, il fit à plusieurs reprises le voyage en Pologne ; plus tard, il eut l’occasion d’y retourner souvent notamment dans le cadre de ses activités à France-Pologne.

Jean Haremza estimait devoir beaucoup au directeur de son école, Camille Guinot, qui l’encouragea à poursuivre sa scolarité après le certificat d’études primaires. Au lieu d’aller travailler en 1937 à l’usine de bonneterie où il avait été pré-embauché dans la comptabilité, il entra au cours complémentaire et, sa famille ayant été naturalisée en mars 1939, il devint élève-maître en 1941 au lycée de Troyes, les écoles normales d’instituteurs ayant été supprimées par l’État français de Vichy. Mais, en 1943, il perdit sa qualité d’élève-maître car non Français « de souche » ; il obtint néanmoins la première partie du baccalauréat. L’évêque de Troyes, Mgr Le Couëdic, lui offrit alors un poste d’enseignant polyvalent dans une institution privée ; cependant, grâce à une souscription du Syndicat national des instituteurs clandestin, il put entrer, après la rentrée scolaire, en classe terminale de philosophie, alors qu’il aurait voulu faire mathématiques élémentaires, et obtenir le baccalauréat. À cette époque, il rencontra Lucienne (dite Lilette) Malterre, fille d’institutrice, qu’il épousa civilement à Sainte-Savine, le 28 décembre 1948, et avec laquelle il eut une fille, Isabelle, et un fils, Sylvain.

En décembre 1944, Jean Haremza, ayant retrouvé sa qualité de boursier, entra au collège Chaptal de Paris, pour préparer le concours d’entrée à l’École normale supérieure de Saint-Cloud, qu’il intégra en 1947 dans la section lettres. Avec Lilette, qui avait intégré l’ENS de Fontenay-aux-Roses une année plus tôt, il effectua un stage d’un an dans la zone d’occupation française en Allemagne, à Fribourg-en-Brisgau. A la fin de sa scolarité, ne pouvant préparer l’agrégation de lettres modernes qui n’existait pas encore, il commença à préparer une thèse sur Mickiewisz en France avec Charles Dédeyan.

En 1951, à sa sortie de l’ENS, Jean Haremza fut nommé professeur de lettres au lycée d’Hénin-Liétard (Nord) puis, peu de temps après, à l’école normale d’instituteurs de Douai, où avait exercé son épouse, ville où ils allaient rester en poste durant 20 ans. Ces deux décennies de professorat furent interrompues l’espace d’une année, en 1955, quand Jean retourna à l’ENS pour préparer le concours d’inspecteur primaire et/ou de directeur d’EN.

Dès le début de son activité professionnelle, Jean Haremza milita au Syndicat national des professeurs d’écoles normales d’institutrices et instituteurs. En 1952, il devint secrétaire de la section de l’ENI de Douai puis secrétaire adjoint de la section départementale du Nord et fut élu au bureau national en 1958, au congrès de Clermont-Ferrand, parmi les trois militants (sur 15) qui étaient proches de l’orientation « Bouches-du-Rhône » à la FEN. En 1964, il devint membre de la section permanente du BN, trésorier adjoint, en tant que tête de la liste « Pour la reconstitution de l’Unité syndicale ». En 1967, il fut élu secrétaire adjoint de la commission pédagogique ; en novembre 1968, il fut réélu au BN comme tête de la liste « Unité et Action » et en avril 1969, lors de la réorganisation du BN, suite à la mise en minorité du rapport d’activité de la direction, il devint secrétaire général adjoint, secrétaire de la commission pédagogique, au côté de Jean Rojat ("autonome"), élu secrétaire général, succédant à Henri Rogniaux. Il siégeait également durant cette période comme membre suppléant à la commission administrative fédérale au titre de la section départementale du Nord et était commissaire paritaire national des certifiés, élu en 1965.

En mai-juin 1970, Jean Haremza, partisan de l’union syndicale, était second de la liste « Union pour un programme commun » représentant la majorité du BN, conduite par Rojat, liste qui fut majoritaire (53,6 %), entraînant un changement décisif d’orientation, à l’époque où d’autres syndicats nationaux de la FEN venaient de connaître la même évolution : après le SNES en 1967, le SNEP, le SNESup, le SNCS. À la rentrée 1970, Jean Haremza fut cofondateur, membre de la SARL de la revue Unité & Action. Après le congrès de Troyes de 1971, il n’était plus que membre du BN du SNPEN mais se félicitait dans la revue U&A des progrès de la nouvelle direction unitaire, Jean Tanguy (U&A) étant devenu secrétaire général. À la rentrée 1971, il n’apparaissait plus dans l’organigramme du SNPEN ; il avait en effet été nommé directeur de l’ENI de Blois sur l’insistance de Jean Deygout, directeur des personnels au ministère, qu’il avait connu à l’ENS de Saint-Cloud (promotion 1949). Directeur des deux EN de garçons et de filles du Loir-et-Cher jusqu’à sa retraite prise en 1990, il milita alors au Syndicat national des directeurs d’EN dont il devint membre du bureau.

Selon Jean Haremza, le combat du SNPEN permit des avancées significatives après 1968 dans le domaine de l’élévation et l’amélioration de la formation des instituteurs et institutrices et de celle de leurs formateurs et formatrices. Ainsi une audience du SNPEN (Rojat et Haremza) d’Edgar Faure en pleine nuit, le 6 mai 1969, déboucha sur la décision de ne plus préparer le baccalauréat dans les EN et d’en faire de véritables centres de formation des maîtres, préparant les futurs instituteurs en deux années après le baccalauréat obtenu en lycée. Cette avancée dans le domaine de la formation initiale fut complétée par la mise en place de la formation continue des instituteurs titulaires et celle accélérée des instituteurs remplaçants. Jean Haremza estimait cependant, en 1971, que les deux années de formation après le baccalauréat étaient insuffisantes et qu’il fallait y ajouter dans un premier temps une troisième année, permettant un accord avec le SNI, dont la revendication avait évolué. Mais pour l’élévation du niveau scientifique et pédagogique, pour la participation directe de l’enseignement supérieur à la formation des instituteurs, pour la réduction de la polyvalence, le SNPEN avait trouvé des alliés dans les trois syndicats (SNES, SNEP, SNESup) avec lesquels il avait organisé en février 1971 des Assises nationales sur la formation des maîtres, préparées par des réunions décentralisées, à partir d’une analyse critique du projet d’instituts de formation de maîtres du ministre Olivier Guichard et d’objectifs communs, publiés dans le bulletin de janvier du SNPEN, Former des maîtres. Cette alliance allait se poursuivre et déboucher en 1973 sur une plate-forme commune plus précise et la publication d’une brochure Former des maîtres pour notre temps.

Le SNPEN obtint également d’Olivier Guichard en janvier 1970 une modification essentielle de la nature du service des professeurs d’EN, tenant compte du caractère particulier de leur travail : 6 heures forfaitaires décomptées dans leur service hebdomadaire pour leurs interventions sur le terrain. Le ministre implanta aussi à la demande pressante du SNPEN une EN dans chaque nouveau département de la région parisienne.

Devenu directeur d’EN, Jean Haremza continua de s’impliquer activement dans l’amélioration de la formation académique et professionnelle des instituteurs et de leurs formateurs, ce qui constitua le combat de sa vie. Il multiplia les expériences sur le terrain. Il chercha à développer la rencontre d’étudiants étrangers, en leur rendant visite (notamment au Maroc avec l’Inspecteur général Marcel Rouchette, qui donna son nom à un plan de rénovation de l’enseignement du français à l’école élémentaire) et en les accueillant dans son école (Marocains, Japonais, Singapouriens, Suédois, Américains de Dartmouth college, Luxembourgeois…). Dans le même esprit, il ouvrit en 1977 son école à la création du Centre départemental universitaire pour le troisième âge du Loir-et-Cher, devenu Université du temps libre. Dans les années 1980, il favorisa la création de la Classe patrimoine Blois-Chambord, en lien avec la Caisse des Monuments historiques, pour construire une maquette modulaire du château destinée aux malvoyants. Il estimait à la fin de sa carrière que le bilan des écoles normales était largement positif et que Lionel Jospin avait cassé le mouvement en les supprimant et en créant les Instituts universitaires de formation des maîtres. Quand le SNUDEN se transforma en Syndicat national des directeurs des Instituts de formation des maîtres, il en demeura membre du BN, puis il siégea à celui du Syndicat national des inspecteurs pédagogiques régionaux et des inspecteurs d’académie, créé en 1993 et s’occupa des retraités.

Parallèlement, Jean Haremza, ayant fait partie d’un mouvement politique de la Nouvelle gauche luttant contre la guerre d’Algérie, avait adhéré comme son épouse, au Parti communiste français en 1957. Il participa à Douai à la rédaction d’un journal Le Point avec d’autres enseignants communistes. Il milita à l’association France-Pologne durant une quarantaine d’années à partir du début des années 1960. Il y était entré via l’Association Oder-Neisse, auprès de Georges Castellan, et adhéra à France-République démocratique allemande dont ce dernier fut président. En juillet 1962, il accompagna une cinquantaine de mineurs silicosés invités dans une maison syndicale de Szczawnica près de Zakopane. À la demande de Luce Langevin, il représenta l’Université française à l’inauguration du lycée Marie-Curie-Slodowska à Gdansk à la Toussaint 1967. Dans cette association créée par Joliot-Curie à la Libération, où se retrouvaient des personnalités politiques très diverses, allant de Maurice Schumann et Gaston Palewski aux dirigeants communistes, en passant par Léo Hamon, Michel Crépeau ou Edgar Faure, il participa à tous les congrès nationaux et rédigea souvent les motions finales devant tenir compte de toutes les sensibilités. Président délégué adjoint au côté de Maurice Bouvier-Adam, il organisa le congrès en 1983 au château de Blois. Dans les années 1960, Jean Haremza milita également à France-Tchécoslovaquie, association à laquelle son épouse avait été la première à adhérer. Il accompagna essentiellement des voyages touristiques. Militant par ailleurs dans le Mouvement de la Paix, il participa en 1977 à Varsovie au Congrès international des constructeurs de la Paix.

Sa retraite prise, Jean Haremza ayant quitté le PCF dans les années 1980, s’impliquait dans diverses associations, était membre fondateur de l’Association pour le patrimoine culturel et sa pédagogie, militait au Centre intercommunal d’action sociale, appartenait au comité de rédaction de Atoutâge et au Comité des sages de Blois pour réfléchir au projet de « Blois-2020 ». Adhérent de l’Association des élèves et anciens élèves des ENS Fontenay-aux-roses et Saint-Cloud puis Lyon, il en fut un membre très actif, élu du bureau, vice-président puis président d’honneur, et il animait encore avec son épouse la Régionale Centre quand survint brutalement son décès. Outre des récits autobiographiques, le bulletin de l’association publia de nombreux témoignages d’amitié et de sympathie d’anciens élèves et collègues en hommage à cette forte personnalité, humaniste et pédagogue engagé.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87531, notice HAREMZA Jean, Sigismond par Alain Dalançon, version mise en ligne le 16 avril 2010, dernière modification le 22 octobre 2020.

Par Alain Dalançon

Jean Haremza
Jean Haremza
Colloque formation des maîtres, 1971
Assemblée des bâtisseurs de la Paix à Varsovie, 1977
Années 1990
Chez lui, années 2000

SOURCES : Arch. IRHSES (bulletins du SNPEN, L’Enseignement public, revue Unité & Action). — Récits autobiographiques de l’intéressé et témoignages in Bulletin de l’Association des élèves et anciens élèves des ENS de Lyon, Fontenay-aux-Roses et Saint-Cloud, 2008/2. — https://engiufmdouai.blogspot.com/2013/.../jean-haremza-inlassable-defenseur-des.ht.— Notes de Jacques Girault et Robert Prosperini. — Renseignements fournis par son épouse.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément