COUTANT Marcel, Raoul

Par Jean-Pierre Besse, Gérard Larue

Né le 22 mai 1907 à Stains (Seine, Seine-Saint-Denis), mort en déportation en janvier 1945 à Orianenburg (Allemagne) ; imprimeur sur étoffe, employé de bureau ; militant communiste ; déporté-résistant de la Seine.

Fils de Albert, Gustave, journalier et de Berthe, Jeanne Vacherot, journalière, il vivait chez sa mère 23 rue de Strasbourg à Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis). Il adhéra au Parti communiste en 1927 à la section de Saint-Denis. Il était membre du Comité local de la Section Française du Secours Rouge International (SRI). Il fut appréhendé le 5 août 1928 au cours d’une manifestation communiste à Ivry (Seine, Val de Marne).
Il épousa en mairie de Saint-Denis le 15 février 1936 Haea Paves, née le 5 août 1902 à Kichinev (Roumanie) de confession israélite devenue française par son mariage. Il était membre du Comité local de la Section Française du Secours Rouge International (SRI). Il fut appréhendé le 5 août 1928 au cours d’une manifestation communiste à Ivry (Seine, Val de Marne).
Après avoir travaillé pendant deux ans et demi à la Maison Oudet 54 rue des Petits-Ponts à Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis), il fut imprimeur sur étoffe quelques temps à la maison Fontanis 23 rue Etienne Dolet à Pierrefitte (Seine, Seine-Saint-Denis) avant d’être réduit au chômage deux mois plus tard.
Le 15 décembre 1932 il a été appréhendé au cours d’une tentative de manifestation organisée Place de l’Opéra par le Cartel des Services Publics. Employé de bureau à la mairie de Saint-Denis (Seine, Seine-Saint-Denis), Marcel Coutant était membre du syndicat unitaire des employés des communes de la Seine, membre du rayon de Saint Denis de la région nord de Paris, membre du comité local du Secours rouge international.
Exempté du service militaire pour maladie de cœur, il fut maintenu dans cette position depuis la mobilisation de septembre 1939. Il fut révoqué en juillet 1940. Il travailla alors comme employé au ravitaillement général et demeurait 30 rue de la Chapelle.
Le 15 septembre 1942, un encaisseur de la Maison Capra, avenue Jean Jaurès à La Courneuve, était attaqué à Aubervilliers (Seine, Seine-Saint-Denis). Un gardien de la paix fut blessé et deux jeunes résistants arrêtés. Ces arrestations permettaient de remonter jusqu’à certains des FTP qui avaient participé à l’action de la rue Daguerre et en particulier jusqu’à Simone Lainé-Mage, qui sous le pseudonyme de Pierrette, était l’agent de liaison de Lise Ricol-London.
Marcel Coutant a été arrêté le 23 septembre 1942 par la BS2 au domicile des époux Gadet 74 bis rue Curial (XIXe arr.). Des brochures d’inspiration communiste furent découvertes à son domicile. Sa femme, qui hébergeait une juive polonaise fut internée le 24 septembre 1942 au camp de Drancy (Seine, Seine-Saint-Denis), puis à Beaune-la-Rolande (Loiret).
Incarcéré aux prisons de la Santé puis de Fresnes, Marcel Coutant fut transféré au Fort de Romainville puis dirigé par les Allemands au camp de Compiègne-Royallieu (Oise) d’où il fut déporté à Oranienburg-Sachsenhausen (Allemagne) le 23 janvier 1943, matricule 58124, dans le convoi 74 composé de 1557 hommes et 230 femmes. Il a été transféré à une date inconnue à Bergen-Belsen, mais mourut à Orianenburg (Allemagne).
Concernant sa mort, sa femme affirma que des camarades de déportation de son mari lui auraient fait savoir que, malade en avril 1945, il aurait été passé dans la « chambre à gaz », mais on ne connait ni la date ni la cause exactes de sa disparition.
Après la libération, sa veuve habitait 2, square Léon Guillot Paris (XVe arr.). Marcel Coutant a été homologué au titre de la Résistance intérieure française (RIF).

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87554, notice COUTANT Marcel, Raoul par Jean-Pierre Besse, Gérard Larue, version mise en ligne le 18 mars 2018, dernière modification le 18 mars 2018.

Par Jean-Pierre Besse, Gérard Larue

SOURCES : Arch. PPo. BS 2, carton 16, 1 W 1298. – SHD Bureau Résistance 16 P 148710. – Livre-Mémorial, FMD, Éd. Tirésias, 2004. – État civil.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément