JAYET Henri, Joseph, Eugène

Par Jacques Girault

Né le 31 octobre 1928 à Virieu-sur-Bourbre (Isère), mort le 11 juillet 1986 à Virieu-sur-Bourbre ; instituteur ; militant communiste en Isère, maire de Virieu-sur-Bourbre.

Fils d’un galochier et d’une commerçante, Henri Jayet entra à l’École normale d’instituteurs de Grenoble en octobre 1945. Membre du Syndicat national des instituteurs depuis cette date, il fut nommé dans diverses communes avant de se fixer au milieu des années 1950 à Corbelin où il devint secrétaire de l’amicale laïque et anima une section de l’association France-URSS. Il effectua son service militaire dans les transmissions et, élève officier de réserve, le termina comme sous-lieutenant. Il se maria en mars 1951 à Panissage (Isère) avec Anita Trabbia, fille d’une femme de ménage, ouvrière dans une usine de tissage avant de devenir commerçante (bazar, papeterie, mercerie) à Virieu-sur-Bourbe dans les années 1960. Elle devint militante communiste. Le couple eut quatre enfants.

Henri Jayet adhéra à l’Union de la jeunesse républicaine de France en 1945 et au Parti communiste français à la cellule de l’école normale en novembre 1947. Il suivit une école centrale de quinze jours réservée à la jeunesse en septembre 1947. Membre du comité de la section communiste de Grenoble en 1948, secrétaire de la cellule de Corbelin en 1951, il devint secrétaire de la section de Corbelin en 1952 puis devint secrétaire de la section des Abrets dans les années 1960. Il suivit l’école centrale organisée pour les instituteurs communistes en août 1954. Proposé par sa section pour le comité de la fédération communiste en 1959, il ne fut pas élu en raison de son attitude jugée trop sectaire par le secrétariat fédéral. Il entra au comité fédéral en 1964 et en demeura membre jusqu’en 1976. Il fut candidat au conseil général dans le canton du Pont-de-Beauvoisin en avril 1958, en 1964, en 1970, en 1976 (quatrième position, 874 voix), en 1982 (troisième position, 433 voix).

Instituteur à Blandin du début des années 1960 à sa retraite, Henri Jayet fut le suppléant du candidat communiste aux élections législatives dans la septième circonscription de l’Isère (La Tour du Pin-Bourgoin) en 1962, en 1967 et sans doute en 1968. En 1973, il fut le candidat communiste et obtint 8 741 voix sur 58 254 inscrits. Devenu maire de Virieu-sur-Bourbre en 1977, président du district de La Tour du Pin, à nouveau candidat aux élections législatives en 1978, il arriva en troisième position avec 10 207 voix sur 68 038 inscrits. Critique, il fut « plutôt proche de Pierre Juquin dans les années 1985 ».

Henri Jayet resta maire jusqu’à son décès, le lendemain d’une réunion du district. Selon son fils, « son rejet de la religion, alimenté par les batailles école publique et privée dont il en a fait les frais en tant qu’instituteur en milieu rural, était assez prononcé. Grand défenseur de la laïcité aucun de ses quatre enfants n’est baptisé. Comme beaucoup de communistes, sa vie militante débordait sur sa vie sociale et familiale. Le Parti était devenu sa famille. Ses principaux amis étaient des militants. »

Son épouse fut désignée par le maire, au début des années 2000, pour participer à la commission des affaires sociales comme « représentante de droit ».

.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87744, notice JAYET Henri, Joseph, Eugène par Jacques Girault, version mise en ligne le 26 avril 2010, dernière modification le 17 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Archives du comité national du PCF. – Presse. – Site Internet de Virieu-sur-Bourbre. — Renseignements fournis par son fils. — Note de Philippe Billet.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément