JEAN Léon, Élie, Baptistin

Par Olivier Dedieu et Jean Sagnes

Né le 25 janvier 1901 à Lunel-Viel (Hérault), mort le 12 décembre 1986 ; ouvrier agricole puis petit propriétaire, maire de Lunel-Viel (1947-1977), conseiller d’arrondissement de Lunel (1937-1940), conseiller général de Lunel (1945-1973) , député SFIO (1951-1956)

Léon Jean
Léon Jean
Ass. nationale

Fils d’un petit propriétaire de Lunel-Viel et maçon qui était son homonyme, Jean Léon fut ouvrier agricole puis viticulteur. En 1919, à la sortie de la guerre, il devint un militant actif dans sa commune. Membre de la SFIO dès 1920, il fut aussi adhérent du syndicat CGT des ouvriers agricoles, organisation dont il était secrétaire en 1930. Dès cette période de l’après-guerre, il fut aussi un actif militant mutualiste. Dès 1925, il fut secrétaire de la société locale, l’Avenir et en devint président en 1929. Administrateur de l’union départementale mutualiste en 1929, il devint, la même année, président de l’union cantonale. En 1935, il fut le président fondateur de l’amicale mutualiste artisanale. Lors de la création des caisses d’assurances sociales en 1930, il fut l’un des membres fondateurs et assuma par la suite la présidence de la caisse départementale des assurances sociales de 1939 à 1946.

Politiquement, il s’engagea aussi dans la vie politique locale. En 1929, il fut candidat sur la liste socialiste contre celle du maire radical sortant. Battus, les socialistes et républicains socialistes inversèrent le résultat et furent victorieux lors des élections complémentaires du 4 décembre 1932. Jean Léon devint 1er adjoint d’Antoine Jullian. Cette majorité fut reconduite lors des élections municipales de 1935. En 1937, Jean Léon fut élu au 2e tour conseiller d’arrondissement de Lunel.

Adjoint démissionnaire en juillet 1940, Jean Léon n’intégra pas de mouvement de résistance. Les renseignements généraux notaient cependant « qu’il possède des sentiments gaullistes mais évite de les manifester ». Il fut réélu en 1945 1er adjoint de la commune et élu conseiller général du canton de Lunel la même année. Durant cette période il fut aussi membre du CDAP et en 1946 secrétaire adjoint de la CGA. Il fut par ailleurs membre du bureau de la FDSEA. Au-delà de ses engagements agricoles, Jean Léon, devenu membre du bureau de la fédération mutualiste, fut nommé en 1945, membre du conseil supérieur des assurances sociales. Vice-président de l’union départementale de la mutualité, il devint vice-président de la caisse primaire d’assurance maladie dès la création de la caisse et en devint le président de 1953 à 1967. Il fut président de l’union départementale de la mutualité de 1963 à 1983.

En 1947, Jean Léon fut élu maire de Lunel-Viel et fut continuellement réélu jusqu’en 1977. De même, il resta conseiller général jusqu’en 1973. Président de la commission agricole au conseil général, il fut désigné 3e de liste lors des élections législatives de 1951. grâce aux apparentements, il fut élu député de 1951 à 1956. Parlementaire, Jean Léon soutint les accords de Londres et la CED. Il fut, cependant, un député essentiellement ancré dans la défense de la viticulture méridionale. A ce titre, il fut élu, en 1955, secrétaire de la commission des boissons. En 1956, il fut de nouveau candidat aux élections législatives mais ne fut pas réélu. Il fut de nouveau investi candidat sur la circonscription de Montpellier-Lunel en 1958 sans plus de succès. En 1959, il fut élu suppléant du sénateur Jean Bene (voir ce nom). En 1964, il fut candidat aux élections à la chambre d’agriculture sur la liste de la coopération mais fut battu par celle des jeunes viticulteurs. En 1971, élu maire de Lunel-Viel au 1er tour, il fut candidat, au 2e, sur Lunel mais échoua à battre la droite.

Membre de la commission permanente du conseil général, il en devint président de la commission agricole. Membre de la commission administrative fédérale dans les années 1950, il fut en 1958 membre du CD de la SFIO et fut, en 1961, secrétaire général de l’association départementale des maires.

Jean Léon fut officier du mérite agricole, du mérite social ainsi qu’officier de la Légion d’honneur.

Le 28 février 1924, il a épousé à Lunel-Viel, Anna Pascon.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87784, notice JEAN Léon, Élie, Baptistin par Olivier Dedieu et Jean Sagnes , version mise en ligne le 27 avril 2010, dernière modification le 24 août 2016.

Par Olivier Dedieu et Jean Sagnes

Léon Jean
Léon Jean
Ass. nationale

SOURCES : Arch. Dép. Hérault, 9 M 379, 10 M 353, 10 W 559, 18 W 23, 31 W 72, 78 W 1, 138 W 7, 171 W 44, 172 W 46, 322 W 159, 356 W 11, 15, 32, 114-1 et 173-1, 390 W 20, 406 W 122, 506 W 326, 524 W 24 et 27542 W 149, 785 W 5 et 20. — Le Cri socialiste, 1930. — L’Aube sociale, 1935-1937. – Combat socialiste, 1947-1983. — Midi-Libre, La Voix de la Patrie, et à partir de 1953, La Marseillaise du Languedoc aux dates correspondant aux différentes élections. — Note de la mairie de Lunel-Viel, 1er décembre 1986.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément