MOUSSU Robert

Par Claude Pennetier

Né le 9 novembre 1912 à Rillé (Indre-et-Loire), fusillé comme otage le 15 décembre 1941 à Caen (Calvados) ; ouvrier de l’aviation ; militant communiste de Villejuif (Seine, Val-de-Marne).

Le père de Robert Moussu, originaire de Touraine, travaillait comme ouvrier ajusteur chez Citroën. Robert Moussu suivit des cours aux Arts et Métiers et travailla dans l’aviation comme monteur-ajusteur. Avec sa compagne Gabrielle, ils s’installèrent à Villejuif où naquit leur fils Michel en 1940. Il avait adhéré au Parti communiste en 1936 et milité aux Jeunesses communistes.
Communiste clandestin, il fut arrêté par la police française le 21 ou 22 juin 1941 avec plusieurs habitants de Villejuif dont Louis Hérisson Garin et René Thibert. Interné à la Santé, il fut condamné le 28 août 1941 par le tribunal de la Section spéciale de Paris à vingt ans de travaux forcés.
Emprisonné à Fresnes puis à Caen, sélectionné comme otage en représailles à une vague d’attentats survenus à Paris, il a été fusillé avec ses deux amis villejuifois. Il fut inhumé au cimetière de Villejuif, au « Carré des héros ».
Sa veuve fut après guerre employée municipale mais elle mourut en 1946 à trente-quatre ans. Une série d’organisations syndicales et politiques de la commune « parrainèrent » le fils, Michel, orphelin à six ans.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87899, notice MOUSSU Robert par Claude Pennetier, version mise en ligne le 4 mai 2010, dernière modification le 24 février 2017.

Par Claude Pennetier

Les fusillés de Villejuif (Moussu est prénommé René).
Les fusillés de Villejuif (Moussu est prénommé René).
copyright Pierre Cardon
Cliché fourni par sa famille à l’Association des familles de fusillés (J. Darracq)
Cliché fourni par sa famille à l’Association des familles de fusillés (J. Darracq)

SOURCES : DAVCC, Caen. – J. Quellien (sous la dir.), Livre mémorial des victimes du nazisme dans le Calvados, op. cit.Villejuif à ses martyrs de la barbarie fasciste, brochure, 1946. – Marcelino Gaton, Carlos Escoda, Mémoire pour demain, Graphein, 2000.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément