GUIMET Gilles, Pierre

Par Jacques Girault

NNé le 9 septembre 1938 à Paris (Xe arr.), mort le 17 avril 2020 à Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) ; instituteur ; militant syndical (SNI puis SNUIPP) ; maire communiste de Montfermeil (Seine-Saint-Denis).

Fils d’un employé et d’une vendeuse, Gilles Guimet, étudiant, adhéra au Parti communiste français en 1959 à Bagnolet. Il commença des suppléances d’instituteur à Montfermeil en 1960, à l’école de Franceville puis exerça à l’école Joliot-Curie jusqu’en 1978.

Guimet se maria en décembre 1961 à Aulnay-sour-Bois (Seine-et-Oise - Seine-Saint-Denis) avec Aurora, Marina, Frédérica Pujols, institutrice. Ils eurent deux enfants et habitaient à l’école Joliot-Curie. Ils avaient comme voisins et amis les époux Goutmann Emmanuel et Marie-Thérèse.

Secrétaire de la section communiste de Montfermeil-Coubron depuis 1965, il suivit l’école centrale d’un mois du PCF en mars-avril 1967. Élu conseiller municipal en 1971 de Montfermeil, troisième adjoint chargé des affaires scolaires en 1972, réélu conseiller municipal en 1977 sur la liste de gauche conduite par le maire communiste sortant Michel Rosenblatt, il devint maire le 11 octobre 1978 à la suite de la démission de ce dernier qui souhaitait se consacrer à son mandat de conseiller général du canton de Montfermeil-Coubron-Vaujours. Cette version fut répandue par les organisations communistes pour dissimuler les véritables raisons politiques. A Montfermeil, la gauche depuis longtemps connaissait de difficultés. La politique municipale à direction communiste devait changer de méthode pour répondre aux intérêts des quartiers populaires (les Bosquets) et des quartiers pavillonnaires (Franceville) où la droite conservatrice dominait. A la gestion d’un maire isolé, devait succéder une orientation plus collective, jugée plus démocratique, s’appuyant sur un réseau associatif. Après la réélection de la municipalité d’union de la gauche à direction communiste en 1977, rien ne changea vraiment et le maire réélu, mis en minorité par tous les élus communistes, fut contraint de démissionner à la demande de la fédération communiste. Guimet, premier adjoint, le remplaça et d’autres orientations furent mises en place. Sous son mandat, les travaux d’assainissement s’intensifièrent ; les transports collectifs s’améliorèrent avec la desserte par la RATP ; un club de prévention fut créé ; le nouvel hôtel de ville fut inauguré en septembre 1982. En février 1983, un musée fut inauguré dans la ferme du château. La force croissante de la droite et la présence d’une liste de gauche dissidente affaiblirent l’électorat de la liste sortante qu’il conduisait qui fut battue en 1983. Il resta néanmoins conseiller municipal quelques temps puis démissionna.

Gilles Guimet reprit un poste d’instituteur à l’école Paul Langevin de Clichy-sous-Bois puis devint directeur de l’école Charles de Gaulle à Villepinte.

Militant « Unité et Action » dans la section départementale du Syndicat national des instituteurs, il fut élu à la Commission administrative paritaire départementale.

Quand son épouse devint conseillère pédagogique vers 1985, ils quittèrent Montfermeil pour s’installer à Villeparisis (Seine-et-Marne). Retraité en 1994, Gilles Guimet habitait toujours Villeparisis où il continuait à militer dans les rangs du PCF, avec son épouse, qui fut conseillère municipale communiste de cette ville, élue sur une liste d’union de la gauche à direction socialiste (2001-2008).

Victime du Covid 19, il décéda dans une clinique de Livry-Gargan.

Dans son carnet, l’Humanité du 21 avril 1920 lui rendait hommage ainsi qu’à Michel Rosenblatt, ancien maire de Montfermeil, comme lui.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article87978, notice GUIMET Gilles, Pierre par Jacques Girault, version mise en ligne le 10 mai 2010, dernière modification le 27 avril 2020.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Mun. Montfermeil (Hélène Caruana), 1 W220, 85 W1. — Arch. comité national du PCF. —:Renseignements fournis par la famille, par Gérard Bertand, Pierre Girault, Isabelle Goutmann.

ŒUVRE : Fut à l’initiative du livre {Montfermeil en Seine-Saint-Denis}, publié par l’association Montfermeil Information municipale, 1982.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément