KAÏM Marcel

Par Eric Nadaud

Né le 6 février 1918 à Paris (XIe arr.) ; directeur commercial ; secrétaire national et trésorier du Parti socialiste unitaire (1951-1955).

Fils de Samuel Kaïm et de Sarah Schubert, Marcel Kaïm acquit la nationalité française par déclaration le 1er mars 1930. Il épousa, en 1939, Masza Bergfraind dont il divorça pour épouser Jacqueline Gilloteaux, en 1964. D’abord gérant d’une société spécialisée dans la fabrication de confiseries, il travailla ensuite à Paris comme agent d’affaires, dans un premier temps pour une société d’accessoires automobiles, puis pour la société d’isolateurs en verre SEDIVER, filiale de Saint-Gobain.

Militant de la SFIO jusqu’en 1947, il quitta celle-ci pour prendre part à la fondation du Parti socialiste unitaire (PSU) en 1948. Il fut dès le début l’un des responsables de la Fédération de la région parisienne de ce parti où il remplit les mandats de secrétaire et de trésorier de la 4e section, et de membre du comité fédéral. Il appartint au groupe qui, sous la conduite de Maurice Pressouyre*, s’empara en septembre 1951 de la direction du PSU. Il entra alors au secrétariat national, en qualité de trésorier. Il fut confirmé dans ses fonctions par les congrès nationaux d’avril 1952 et de novembre 1954. Il porta un cinquième des parts du capital de la Société d’éditions pour la renaissance du socialisme en France.
En 1967, il fut l’un des fondateurs de l’association culturelle parisienne « Votre opinion », qu’il présida.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88013, notice KAÏM Marcel par Eric Nadaud, version mise en ligne le 14 mai 2010, dernière modification le 5 septembre 2011.

Par Eric Nadaud

SOURCES : Arch. PPo., RG, dossier Marcel Kaïm. – La Bataille socialiste. – Le Socialiste unitaire. – Le Socialiste de gauche.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
fiches auteur-e-s
Version imprimable Signaler un complément