GUINOT Françoise [née ADO Françoise, Gabrielle, Monique]

Par Jacques Girault

Née le 14 juin 1922 à Paris (XIVe arr.), morte le 29 janvier 1992 à Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) ; institutrice ; militante syndicaliste du SNI et communiste en Seine-et-Oise.

Fille d’un ouvrier ajusteur, communiste comme son épouse, Françoise Ado entra à l’École normale d’institutrices de Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise). Elle épousa en janvier 1944 à Sainte-Geneviève-des-Bois, où elle était institutrice, Jean-Louis Guinot, instituteur, futur adhérent du Parti communiste français. Le couple eut quatre enfants. Après avoir été institutrice à l’école maternelle Aristide Briand de Savigny-sur-Orge, elle devint directrice de l’école maternelle Joliot-Curie de Morsang-sur-Orge au milieu des années 1950.

Françoise Guinot milita dans le Syndicat national des instituteurs à partir de la Libération et fut par la suite la déléguée syndicale dans le canton de Juvisy.

Elle adhéra au PCF à Savigny-sur-Orge en 1948 et devint trésorière de sa cellule. Elle suivit le stage central pour les instituteurs communistes (29 août-11 septembre 1954). Elle dirigeait une société sportive de gymnastique rythmique. Elle militait aussi à l’Union de femmes françaises et était la responsable de la bibliothèque.

Avec son mari, Françoise Guinot quitta la région parisienne pour aller vivre dans le Sud-Ouest à la fin des années 1960.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article88036, notice GUINOT Françoise [née ADO Françoise, Gabrielle, Monique] par Jacques Girault, version mise en ligne le 15 mai 2010, dernière modification le 10 juillet 2021.

Par Jacques Girault

SOURCES : Arch. Dép. ancienne Seine-et-Oise-Yvelines, 1 W 978, 1004, 1008, 1143 (Notes de Nadia Michel-Ténine). — Archives du comité national du PCF. — Notes de Geneviève Rodriguez.

rebonds ?
Les rebonds proposent trois biographies choisies aléatoirement en fonction de similarités thématiques (dictionnaires), chronologiques (périodes), géographiques (département) et socioprofessionnelles.
Version imprimable Signaler un complément